AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 Compte-rendusAlbumArchivesMédaillés
    À imprimer (Acrobat)

2017 - Semaine Abeille "D'Aubusson à Aubusson"

Du mercredi 24 mai 2017 à l'heure de l'apéro du soir (la veille de l'Ascension) au 5 juin après le petit déjeuner

par Michel, Jean-Claude, Daniel, Michel (encore !), Henri Ca, Jean-Luc F, Chantal, Geneviève C, Christine, Eric et Michel (enfin)
https://www.abeille-cyclotourisme.fr/souvenirs/2017_semaine_abeille_creuse.html

25 Abeilles participèrent: AUZET Christian (complice de l'organisateur) et Claudine, BARDIN Michel, BRASSEUR Jean-Claude (Organisateur) et LEDUN Marie-Noëlle, BRIAND Edwige, CASTELLANO Henri, COUILLAUX Geneviève, COURMONT Henri et Chantal, DUPEYRON Marie-Noëlle, EVE-BALLIGAND Pierre (Pierrot) et Claudette, FELIX Jean-Luc, FOREL Daniel, GRÈZE Maxime et Gérard, HÉRY Roger, LESIEUR Eric, MICOLON Patrice, PENEL Jean-Claude, PIOT Guy et Rayjane, RAMBAUX Christine, ROBIN Claude.

Aubusson
Aubusson (le 28 mai)

Jeudi 25 mai: Ahun, Anzème (BPF 23), Guéret, Ahun: 77 km
Par Michel Bardin

Groupe AbeilleAprès la traditionnelle photo de groupe, longue descente vers le château de CHANTEMILLE. Place forte, érigée sur une plateforme rocheuse, surplombant les méandres de la Creuse. Transformé au fil des siècles, nous passons de la cuisine aux latrines, sophistiquées pour l’époque. L’escalier en colimaçon nous conduit aux chambres et salle à manger. La maîtresse des lieux, et son mari ont travaillé des dizaines d’années pour réhabiliter les lieux, c’est une réussite.

Malheureusement l’âge les oblige à vendre ce qui a été la passion d’une vie. Nous traversons la rivière sur une passerelle étroite, le sentier nous oblige à pousser le vélo, sur des routes inconnues de la carte Michelin. Durant la semaine nous emprunterons souvent ces petites routes, dénichées sur Openruner par Christian. Nous roulons quelques kilomètres avec Laurence et Marc qui ont trouvés un gîte du côté d’ANZEME, où nous faisons connaissance du restaurateur, un ancien légionnaire, qui a bourlingué en AFGANISTAN, SERBIE, AFRIQUE. À la retraite, il s’est posé avec femme et enfants dans ce petit village.

Chateau de Chantemille
Velo

À GUERET, on se sépare, petit ou grand parcours. La traversée de GUERET n’en finit pas, longue montée pour rejoindre les monts de GUERET, à plus de 650m d’altitude. La fraicheur de la forêt est la bienvenue, le soleil affole le mercure, 35°. Il est trop tard pour la visite de la réserve des loups de Chabrières, nous décidons de remettre au lendemain la visite. La fin de la journée et plus calme, la longue descente me permet de profiter du paysage, prairies verdoyantes couvertes de sous-bois, des cours d’eau, du bétail, vaches, moutons, la campagne à l’état pur. A 18h00, nous retrouvons Daniel, il vient de Montluçon à vélo, Gérard, Maxime et Geneviève arrivent au même instant, de Paris, mais en voiture. Le temps est venu d’avaler une bonne bière, ce sera le rituel, durant ces prochaines journées caniculaires.

Michel

Vendredi 26 mai: Ahun, Bénévent l'Abbaye (BPF 23), Ahun: 96 km
Par Jean-Claude Penel

Pour cette journée qui se révéla ensoleillée et chaude, les organisateurs ont prévu 2 parcours : le 1er de 70 km avec un dénivelé de 960 m et une approche voiture et le second tout à vélo de 96 km et 1180 m de dénivelé.

Chateau de Montaigut le Blanc
Chateau de Montaigut le Blanc

Je participe au second avec Maxime et Gérard en tandem, Eric et Henri Castellano en solo. Gérard est particulièrement satisfait de la nouvelle roue qu'il vient d'offrir à son tandem. Nous devançons l'heure de départ officielle d'environ ¼ d'heure. Partant du lycée agricole d'Ahun par un petite route vallonnée, nous rejoignons bien vite la départementale qui relie Ahun à Guéret. Une route plutôt plate, avec de longues lignes droites, qui nous permet d'avancer à bonne allure. A l'approche de Guéret, la côte de Lavaud est rude ! Puis nous descendons sur Guéret que nous traversons à peu près sans encombre. De Guéret à Bénévent-l'Abbaye, la route est vallonnée mais les côtes pas trop difficiles. A une dizaine de km de Bénévent, nous nous détournons pour voir le château de Montaigut-Le-Blanc (un village du même nom existe dans le Puy-De -Dôme). Construit sur une hauteur à l'emplacement d'une motte castrale, le château a des lignes austères. Les propriétaires privés lui ont donné un début de rénovation. Il est inscrit à l'inventaire complémentaire des monuments historiques et vaut ce petit détour.

Benevent l'Abbaye
Benevent l'Abbaye

Toutes les Abeilles se retrouvent à Bénévent-l'Abbaye le BPF du jour. Les reliques de Saint Barthélémy, mort à Bénévent en Italie, ont été ramenées ici dans un monastère Augustin d'où le nom de l'abbaye et celui de la commune. Construite avec le matériau local, le granit, l'abbatiale Saint-Barthélémy présente des lignes puissantes, précises et sobres. Le porche d'entrée est typiquement limousin de par ses boudins (n'y voyez rien d'alimentaire). À l'intérieur, d'une grande fraîcheur, on remarque de nombreux chapiteaux sculptés.

Provisions faites, les Abeilles sont un peu dispersées dans Bénévent à la recherche d'ombre. La plupart se retrouvent sous un kiosque pour le pique-nique.

Vers 14 h, sous un soleil de plomb, notre petit groupe reprend la route du retour. De Bénévent à Ahun, c'est peu dire que le parcours n'est pas plat. Henri et moi essayons de ne pas perdre de vue Maxime-Gérard et Eric. Cependant, la traversée de cette partie très boisée de la Creuse nous offre souvent une ombre bienfaisante !

Seule visite, sur la route du retour, peu avant Ahun, le village sculpté de Masgot. Vers la fin du 19ème siècle, l'artiste François Michaud, sorte de Facteur Cheval, a façonné des personnages. Ces sculptures en granit sont naïves et les proportions maladroites.Il est vrai que le matériau ne permet pas de grandes finesses...

Village sculpte de Masgot
Village sculpte de Masgot
Village sculpte de Masgot

Village sculpte de Masgot

Parties d'Ahun en voiture, les Abeilles du groupe majoritaire ont laissé les véhicules dans les environs de Guéret. EIles ont rejoint Bénévent-l'Abbaye en vélo. Pour le retour, leur route est au début identique à la nôtre. Puis, elles bifurquent vers le nord, direction la forêt domaniale de Chabrières pour la visite de l'enclos des loups, un des sites les plus visité du département. On peut y observer en toute quiétude la vie de ces nouveaux habitants de la forêt. Selon les échos que j'ai perçus, il a été possible de voir des loups noirs, des loups blancs, une louve et ses petits et même le repas des loups. D'après ce qu'on m'a dit, chez les loups, ce n'est pas comme chez les Abeilles, le chef de meute mange en premier, on respecte la hiérarchie ! En tous cas, ces loups ne s'attaquent pas aux troupeaux de moutons...

Pour ce groupe, le retour s'effectue de diverses manières selon les envies, en voiture ou à vélo, plus ou moins tôt, plus ou moins tard...

Cependant pour le repas du soir toute la meute, pardon je veux dire l'essaim, est présente. Je n'ai pas noté le menu du soir mais je peux dire que ces dîners concoctés par un traiteur m'ont laissé de très bons souvenirs.

Une bien belle journée de mai, dans la verdure fleurie de la Creuse, département rural à souhait!

Jean-Claude Penel

Samedi 27 mai: Chénérailles, Toulx Ste Croix (BPF 23), Evaux les bains (BPF 23), Chénérailles: 96 km, ou
Plus précisément Chénérailles-Toulx Ste Croix-Chambon-Chénérailles (82km), ou
Vélo à la carte pour les Abeilles
Par Daniel Forel

Départ en voiture vers Chénérailles pour les moins courageux, en vélo pour les plus forts.

Chénérailles n'est qu'à une quinzaine de kilomêtres du lycée agricole d'Ahun, mais il y a une belle montée depuis le pont de la Creuse.

Regroupement au château de Villemonteix. Les Abeilles sont ponctuelles pour la visite programmée à 9h et qui ne doit durer qu'une 1h. Pendant les quelques mots d'introduction de Pierre Lajoie, guide-propriétaire, nous assistons à la course poursuite du chien du château et du lévrier du frère de Jean Claude, qui a copréparé notre passage en Creuse. Nous lui devons d'ailleurs un grand merci pour cette belle coorganisation.

Evidemment le lévrier gagnait à tous les coups.

Chateau de Villemonteix
Chateau de Villemonteix
Chateau de Villemonteix

Chateau de Villemonteix

Villemonteix est un château du XV ième, construit sous Louis XI. Grand Roi au dire de Mr Lajoie et mal traité dans les livres d'histoire de la République. Pierre Lajoie, amateur d'art, découvre cette perle de l'architecture médiévale dans son écrin de verdure en triste état. Pour la sauver ,il y consacre tout son temps et toute sa fortune.Le résultat est impressionnant.

A l'intérieur quelques très belles tapisseries d'Aubusson. Pour Lecorbusier, les tapisseries sont "des murs nomades".

Visite passionnante, conduite par un guide érudit et spirituel. C'est pour nous un rafraichissement de notre histoire de France. Le château étant situé à la frontière entre les Anglais et les français, on s'est beaucoup battu sous ses murs. (C'est sûrement relaté dans ce livre écrit par un anglais,dont le titre est: "Cela fait 1000 ans qu'on emmerde (traduction libre) les français").

Résultat nous sortons du Château à 11h et le soleil tape dur. Les plus costauds sautent sur leur vélo, pour parcourir sans attendre les 100km de la journée sous un soleil de plomb, avec le détour par Evaux les Bains (BPF), qui ne vaut pas le détour, selon la formule du Michelin.

Personne ne s'est vraiment inquiété. Il parait qu'ils sont coutumiers du fait. Ainsi les Abeilles ont fait ce qu'elles ont voulu, comme d'habitude.

Tout ce beau monde se retrouve à Chénérailles, où nous attendent les voitures surchauffées. Ce fut une belle ballade.

Daniel

Dimanche 28 mai: Aubusson, St Georges Nigremont (BPF 23), Aubusson: 43 km
Par Michel Bardin

Aujourd’hui nous changeons de crémerie, journée libre, arrêt à AUBUSSON. Au choix, visite du musée de la tapisserie, ou pointage de Saint-Georges NIGREMONT. Nous sommes 7 pour le BPF. 45 km, bien vallonnée, des prairies, des cours d’eau, quelques villages isolés, des routes étroites ignorées des automobilistes. Surprise, je ne me souvenais plus de cette bosse, en haut de laquelle repose l’église de Saint-Georges. La montée est rude, mais la récompense est de taille. J’avais en mémoire un village perdu, ce n’est plus le cas. De bonnes volontés ont décidés de redonner une âme au village, l’église est en cours de réhabilitation, un commerce s’est installé, bingo pour le tampon encreur, et le point de vue sur le plateau des mille vaches restera inoubliable.

St Georges de Nigremont
St Georges de Nigremont
Pique-nique au bord de la Creuse
Pique-nique au bord de la Creuse

Pique-nique au bord de la Creuse. A 17h00, concert d’orgue, la municipalité affiche sur les tableaux lumineux le programme de Jean-Claude. Abeilles et Aubussonnais se sont regroupés sous la nef. Une fois de plus, Jean-Claude retient l’attention de l’auditoire, sa passion et son savoir faire font l’admiration d’un public averti. A 18h30, après les applaudissements, nous retournons aux voitures, une bonne heure nous sépare d’ORCINES, où le personnel nous attend pour le souper.

Michel

Lundi 29 mai: Orcines, Volvic, Tournoël (BPF 63), Ancizes Comps (BPF 63), Orcines: 78 km
Par Henri Castellano

Super U de St Georges de Mons
Super U de St Georges de Mons
Autre lieu incontournable pour les retrouvailles de l’essaim, le café d’après repas.

C’est à mon tour de faire le compte-rendu de la journée. Je ne suis plus un nouveau et je dois prendre ma part dans la vie du club. C’est vrai maintenant tout le monde m’appelle par mon prénom. Il faut dire que je participe à ma deuxième semaine Abeille.

Robert Chedevergne, un ancien du club m’avait dit, un compte-rendu c’est facile, tu décris les BPF et tu parles des crevaisons. Les cyclos aiment bien parler de leurs problèmes techniques.

Un BPF c’est un lieu plus ou moins intéressant, mais toujours situé en haut d’une côte, ou le cyclo doit aller chercher le graal, un tampon qui certifie de son passage.

Départ 8h00 (à la fraiche).Toutes les Abeilles ce préparent pour l’un des 2 parcours. Toutes ! Les jeunes qui causaient hier pendant le briefing n’ont pas entendu que le départ était avancé. Pas la peine de les attendre, les jeunes, ils pédaleront plus vite. 4 Nouvelles Abeilles, Henri et Chantal et Pierre et Claudette, nous ont rejoints pour cette semaine (on peut encore parler de semaine car il reste encore une semaine pour pédaler dans le Puy de Dôme et la Loire. La Creuse c’était le Bonus de cette semaine Abeille)

2 parcours au choix programmés. Un petit avec une avance voiture jusqu’à Volvic et un grand au départ de l’hôtel.

Les Abeilles 2017 c’est plus ce que c’était. De 2 parcours on passe à 3 car il y en a qui veulent faire le petit parcours sans l’avance voiture puis à 4 car certains font des adaptations pour éviter les côtes (voir § BPF – Les Abeilles 2017 qui ont déjà récupéré le précieux sésame contournent le 1er BPF Tournoël car ce site est plus beau vue d’en bas) puis à 5 voire 6 car il y a ceux qui ne savent toujours pas lire une carte et font un détour par Châtel-Guyon. Même notre GO (gentil organisateur) «à l’insu de son plein gré » comme dirai notre ami Virenque c’est trompé de route. Et puis il y a Guy et Roger « nos Doyens » qui se font comme chaque jour leur propre parcours adapté à leur condition du jour.

L’essaim est complètement explosé. Les Abeilles en petit groupe de 2 ou 3 butinent à la carte. Il y en a un peu partout. On regrette le passé quand tout le monde suivait l’ouvreur qui imprimait le rythme. Là, chacun sa vitesse, ses pauses, …. « Le Nominal » n’existe plus. Il y en a un qui est content, Eric Mr Sécurité, car il n’a pas besoin de nous rappeler de faire des petits groupes pour permettre aux voitures de doubler le peloton. Tout au long du parcours, il y a des drapeaux jaunes et bleu, pour encourager l’ASM. C’est presque les couleurs de l’Abeille.

Et tout ce petit monde ce retrouve régulièrement car dans la vie d’une Abeille il y a des incontournables. Juste avant midi il faut s’approvisionner et l’essaim se reconstitue au Super U de St-Georges de Mons.

BPF d'Ancizes-Comps
BPF d'Ancizes-Comps

Puis pour le repas de midi on ce retrouve souvent à coté d’une église car c’est facile à trouver, il y a souvent un peu d’ombre et si l’on veut de la fraicheur il n’y a qu’à rentrer dedans. Celle du BPF d’Ancizes-Comps fera l’affaire.

Piti café d'après repas
Piti café d'après repas

Autre lieu incontournable pour les retrouvailles de l’essaim, le café d’après repas. Tous sont là sauf Daniel qui fait sa petite sieste. Il faudra que je prenne en compte cet impératif car nous allons faire une flèche Paris-Bordeaux en juillet avec Daniel et je ne veux pas me fâcher avec lui.

A Ancize-Comps, BPF sans grand intérêt qui n’est pas au sommet d’une côte mais qui clôture une matinée plutôt « ascensionnelle », Michel notre président, va faire tamponner son paquet de «  carton voyage itinérant » qu’il fait pour chacun des participants et qui vont rapporter des points au club. Bravo Président.

A coté d’Ancizes-Comps, il y a quelques sites remarquables mais accessibles après des descentes elles aussi remarquables et donc des remontées mémorables. Un grand merci à Jean-Claude qui m’a poussé  à aller voir le magnifique plan d’eau de Fades-Besserve confluent de la Sioule et du Sioulet.

Plan d'eau de Fades-Besserve
Plan d'eau de Fades-Besserve

Maxime, Gérard et Eric sont descendus au viaduc des Fades avec une côte a plus de 10%.

Viaduc des Fades
Viaduc des Fades

Au retour pour ceux qui ont choisi le petit parcours il y avait la possibilité de visiter l’exposition sur le site de la source Volvic. Le comble de cette journée est arrivé à Roger qui est descendu en bas de Volvic et qui ne trouvait plus d’eau pour se réhydrater. Des golfeurs sont venus à son secours.

La météo était avec nous. Tout c’est bien passé et je ne sais pas s’il y a eu des crevaisons.

Henri II

Mardi 30 mai: Orcines, Col de Ceyssat (BPF 63), Orcival (BPF 63), Orcines: 59 km
Par Jean-Luc Felix

À 9 heures, sous un ciel couvert mais des conditions atmosphériques favorables (plus de grosses chaleurs), 15 Abeilles sont prêtes au départ.

Un parcours unique de 59 km avec 970 m de dénivelé positif est au programme.

Le début du circuit comporte la montée du col de Creyssat au pied du Puy de Dôme, qui nous amène à une altitude de 1078 m. Arrivées au sommet les abeilles se regroupent pour les traditionnelles photos près de la pancarte indiquant la présence de col.

Après la séance photo, le groupe se remet en marche et poursuit le parcours. Après les traversées de Creyssat et de Saint Bonnet près Orcival, nous approchons de Orcival. Sur la route qui surplombe le village, un arrêt photo s'impose pour prendre de jolis clichés de la basilique romane, principale attraction d'Orcival. Une statue de la Vierge y est conservée et est toujours l'objet d'un pèlerinage annuel qui a lieu le jeudi de l'Ascension. Après la visite de la basilique, les Abeilles cherchent dans les quelques commerces de spécialités locales de quoi se restaurer. Les victuailles prennent place dans les sacs. Le groupe reprend sa route à la recherche d'un emplacement pour picniquer. Celui-ci est trouvé quelques kilomètres plus loin dans la commune de Rochefort-Montagne près d'un joli lavoir qui a été restauré. Emplacement idéal ; herbe bien grasse, espace, tranquillité. Tout est parfait pour déguster les provisions achetées quelques kilomètres en amont.

Le repas terminé, certains et certaines en profitent pour piquer un petit roupillon.

Mais la journée n'est pas terminée, nous ne sommes qu'à mi-parcours. Après le repas, un petit noir s'impose. Dans une longue descente dévalée rapidement, les freins sont sollicités car un restaurant isolé a été repéré par la tête de colonne. Sauf par Christian le tout premier qui a loupé l'arrêt ainsi que le petit noir. Nous le retrouverons un peu plus tard.

Après le café, nous reprenons la route par une très longue montée à travers la forêt qui voit la colonne s'égrener. Une à une les Abeilles s'arrêtent pour enfiler les imperméables car la pluie s'est mise à tomber. Une pluie régulière qui ne gêne pas trop la progression. Nous passons près de Vulcania. La pluie cesse peu de temps avant l'arrivée à Orcines.

Un agréable périple autour du Puy de Dôme se termine.

Jean-Luc

Mercredi 31 mai: St Genès Champanelles, Besse St Anastaise (BPF 63), St Genès Champanelles: 78 km
Par Chantal Courmont

Ce matin il y a 3 options de parcours : on ne parle même plus de nominal ! Notre tandem fera le plus petit parcours avec quelques Abeilles qui craignaient les orages annoncés pour l'après-midi : 48km et 800m de dénivelé. Le soir, on s'est fait traiter de "poules mouillées" car d'orages, il n'y en a pas eu! Après la dissipation du brouillard du matin, il y a eu quelques gouttes de pluie; on a même vu le soleil l'après-midi.

Nous sommes partis de Saint Genès Champanelle après une approche voiture depuis Orcines. Nous faisons une pause pour admirer le lac d'Aydat et son église; il y a peu de monde et surtout pas de commerces ouverts (contrairement à ce qu'on nous avait dit à l'Office du Tourisme). Par précaution, Daniel et Edwige se feront préparer une quiche dans une sorte de restau rapide un peu douteux, Christian commande un croque-monsieur et, comme il ne se sent pas en forme, il reprend le chemin du retour.

Les filles (Mano, Claudine et Christine) filent devant car elles veulent aller jusqu'à St Nectaire. Nous décidons de rentrer par les crêtes avant de retrouver nos voitures. Par chance, un livreur de produits Vival est arrêté dans un village : une paysanne fait ses provisions pour la semaine (on est 5 gros à nourrir nous dit-elle); nous profitons de l'aubaine pour nous ravitailler pour le pique-nique. Il était 13h passés lorsque nous trouvons une table sympathique pour déguster nos victuailles avant de reprendre nos voitures.

Le soir, je me renseigne sur les autres parcours empruntés par les Abeilles. Edwige et Roger n'ayant pas peur de l'orage, ont roulé de concert. A quelques encablures de l'hôtel, Roger se laisse séduire par une descente et entraine Edwige jusqu'à Royat, certes une jolie ville d'eau, mais la remontée sera dure !

L'un des groupes ayant pointé le BPF de Besse et Ste Anastaise ( autrefois Besse en Chandesse) a perdu Jean-Claude Brasseur qui suivait son itinéraire, alors que celui du Garmin était légèrement différent; tout le monde finit par se retrouver, Manou était rassurée!

Quant à Jean-Luc, il s'est égaré au dessus de St Nectaire; c'est un automobiliste précédemment averti par les autres Abeilles qui l'a remis dans le droit chemin. En somme, comme l'a dit l'un des participants "on a pas mal jardiné aujourd'hui !"

Je ne voudrais pas terminer le récit de cette journée sans parler de St Nectaire, du site lui même et de l'église en particulier que tous ont appréciée; elle fait partie des 5 églises majeures de l'art roman en Auvergne avec Orcival (que nous avons visitée), St Saturnin, Issoire et Notre dame du Port à Clermont. Elles se caractérisent entre autre, à l'extérieur par de la marqueterie de pierres polychromes et à l'intérieur, par des vierges en majesté et des chapiteaux historiés; certains de ces édifices ont été repeints à l'intérieur au 19è siècle comme ils l'étaient au Moyen-âge. On croit savoir que ces églises ont toutes été construites sur le modèle de l'ancienne cathédrale romane de Clermont Ferrand, aujourd'hui disparue.

Chantal Courmont

Jeudi 1er juin: Repos à Aubusson d'Auvergne
Par Geneviève Couillaux

Deuxième transfert du séjour. Journée dite libre. Libre de vélo effectivement, puisque pas de parcours programmé par notre GO ce jour. Et en effet, même les plus enragés de la gomme ne toucheront pas à leur guidon. Ceci n’empêchera pas, bien au contraire les Abeilles de s’éparpiller comme à leur habitude. Le choix est large et varié.

Un trio lève-tôt, enfin non, car toutes les abeilles sont matinales, disons plutôt « démarre-tôt » parvient in extremis à embarquer dans le premier train en partance pour le sommet du Puy de Dôme. Grand beau temps de bon matin, panorama splendide sur la chaîne des puys.

Puy de Dome
Puy de Dome

Puy de Dome

Et où l’on découvre que les Romains nous ont largement précédés, comme en attestent les ruines d’un temple dédié au Dieu Mercure, peut-être en hommage au Mercurius Arvernus local. Ruines qui ajoutent une dimension historique à la dimension géographique de ce site, phare de la région depuis qu’il supporte le pylône TDF. Longue balade tout autour du sommet pour ne rater aucun point de vue et juste avant de redescendre sportivement à pied, le trio croise quelques abeilles arrivées par le train suivant et qui s’apprêtent elles aussi à contempler monts et vallées. La descente à pied dure quand même une heure et demie et le lendemain, nos cuisses de cyclistes, mais pas très randonneuses, s’en souviendront.

Certains ont carrément choisi de partir directement en direction du gîte des Quatre-Vents pour s’y installer tranquillement et profiter d’une vraie journée de repos, sans visites ni vélo.

Un autre groupe opte pour la découverte de Vulcania, que certains avaient pu visiter les jours précédents après un parcours à vélo mené d’un mollet énergique.

Les férus d’architecture et d’atmosphère s’en vont dans le dédale des vieilles rues clermontoises avant de pénétrer dans l’église Notre-Dame du Port, dont la silhouette noire élancée est incontournable et l’harmonie presque parfaite sans doute due à l'application du nombre d'or.

Enfin la ville natale du jovial Bibendum abrite maintenant son temple l’espace « l’aventure Michelin ». Lieu que tout cycliste se doit de découvrir, puisqu’avant de se consacrer au pneu automobile, Michelin a permis au premier Paris-Brest-Paris de se dérouler en un temps record sur les premiers pneus à air en 1891. Bon nombre d’abeilles ne manqueront pas de s’y rendre.

Bibendum et PBP
Bibendum et PBP

pour admirer l’ingéniosité et l’audace de ces précurseurs qui nous fournissent encore des cartes bien utiles malgré l’avènement du jeune ga(r)min, dont les facéties et l’inexpérience provoquent moult débats tout au long des routes des abeilles.

Au terme de cette journée, les abeilles convergeront à nouveau vers une nouvelle ruche, pour leur première soirée dans le fief des cyclistes. Tout en échangeant leurs impressions sur cette journée avélocipédique, elles y dégusteront sans tarder les bières arvernes qui désaltèreront agréablement leurs palais. En attendant de nouvelles aventures la tête au-dessus du guidon.

Geneviève Couillaux

Vendredi 2 juin: Aubusson d'Auvergne, Col du Béal, Chalmazel (BPF 42), Aubusson d'Auvergne (BPF 63): 78 km
Par Christine Rambaux

Le 2 Juin, c’est notre premier jour au centre des 4 vents, centre FFCT situé à Aubusson d’Auvergne. Il fait beau mais pas trop chaud, heureusement car la region est montagneuse! Comme d’habitude, Jean-Claude nous a préparé 2 parcours: Le grand qui passe par le BPF de Chalmazel, fait 78km et 1650m de dénivelé et le petit qui ne fait que 51km mais 950m de dénivelé. Et comme d’habitude il y a des parcours à la carte. Le depart est prévu à 8h pour arriver au col du Béal avant les plus grosses chaleurs. Nous avons un petit sac bien garni pour le pique-nique, préparé par le centre des 4 vents

Guy et Rayjane font une avance voiture pour faire la boucle du grand parcours avec le BPF.

Pierrot fait un petit parcours, il est parti avec “le p’tit gros” m’a-t–il dit en désignant Roger… Christian aussi etait avec eux, ils ont déjeuné près du lac d’Aubusson.

Henri et Chantal, en tandem, ont fait un petit tour de 50 km.

Tous les autres ont fait courageusement le grand parcours. Nous sommes partis pour 30km de côte jusqu’au col du Béal. Chacun monte à sa vitesse. Gérard et Maxime en tandem, accompagnés par Eric, partent les derniers et doublent tout le monde (comme d’hab.). Jean-Claude, Henri et Jean-Luc, sans GPS, prennent une route un peu plus longue et arrivent au col par un autre coté mais dans le groupe de tête. Claudine partie en retard avec Christian, abandonne son mari et remonre petit à petit tout le groupe. Quand j’arrive enfin au col, pas le temps de souffler, Claudine me dit “mets vite ton coupe vent, on redescend car j’ai froid”…

Col du Béal
Col du Béal

Edwige, Jean-Claude B, Claude, Geneviève, Daniel et Patrice montent plus tranquillement et prennent le temps d’avaler une boisson chaude au col du Béal. La descente sur Chalmazel est très rapide. Ils retrouvent Guy, Rayjane et Manou à Chalmazel et déjeunent ensemble sur la terrasse du bistrot.

Rayjane, toujours très amoureuse de Guy, tente un rapprochement, le percute et c’est la chute… Heureusement la voiture suiveuse est là avec la pharmacie, spray et sparadrap sur le genou et le coude suffiront.

Forteresse

Le premier groupe composé de Jean-Claude P et Henri, Gérard, Maxime et Eric, Michel, Claudine, Jean-Luc et Christine reprend la route (encore de la montée!), passe par le col de Croix Ladret et arrive au col de la Loge. Eric fait la pancarte devant le tandem (pas trop dur avec son vélo poids plume!...).

Col de la croix Ladret
Col de la Loge

Nous déjeunons au refuge pour skieurs. Gérard a monté une bouteille de vin, il n’est plus à 1 kg près sur le tandem! Après le café il ne reste plus qu’à redescendre jusqu’à Aubusson. On arrive à décider Michel à prendre une “Christianerie” petite route très étroite et très belle qui est sur Garmin mais n’existe pas sur sa carte Michelin.

Le soir tous les participants étaient contents et fiers de leurs parcours

Edwige est arrivée bien remontée et a poussé une colère … “présidentielle”… Elle a lancé une grande discution sur l’esprit Abeille, doit on s’attendre? Ou chacun roule pour soi?

Enfin l’apéro a calmé tout le monde.

Que fera-t-on demain si il pleut…?

Christine

Samedi 3 juin: Champoly, St Just en Chevalet (BPF 42), St Jean Maurice (BPF 42), Champoly: 62 km
Par Eric Lesieur

Au briefing de la veille certains, craignant une météo capricieuse, décalent le programme initial au dimanche.

Approche en voiture à Champoly à quatre Abeilles. Notre 1er BPF de la journée sera pointé dans une pharmacie à St Just en Chevalet, le 2ème à St Jean St Maurice (42). Manifestation artistique et picturale aux quatre coins du village. Quelques étonnements de badauds au passage du tandem, les curieux s’imaginent que le passager arrière se repose, ils n’ont qu’à essayer !!

Peintre
Le tandem

Un léger passage pluvieux viendra confirmer les craintes d’une partie de notre groupe évoqué la veille lors du briefing: 70 km et 1293 m de dénivelé pour cette dernière journée du programme.

Éric

Dimanche 4 juin: Parc naturel régional Livradois (Aubusson d'Auvergne, Tour sur Mermont, Cunilhat, Aubusson d'Auvergne): 54 km
Par Michel Bardin

AbeilleDimanche 04, notre dernière randonnée, le soleil est de retour sur Saint-Just-en-Chevalet, BPF de la Loire. Le village n’a rien d’extraordinaire, mais il est situé à l’entrée du massif vallonné et forestier de la Madeleine, d’où le choix de la commission des BPF. La montée au col du Bouchet, 753m, n’est pas trop dure, mais les efforts consentis ces dix derniers jours, ne nous incitent pas à forcer l’allure.

Puis nous empruntons une petite transversale inconnue de Michelin, la route étroite plonge sur les gorges de la LOIRE, que nous atteignons à Saint Maurice.

A cet endroit, le fleuve s’est fortement élargi, suite à la construction d’un barrage, la vallée engloutie est devenue un lac, qui fait la joie des amateurs de ski nautique et bateau à voile. Après le pique-nique, visite du petit village, c’est le rendez-vous des peintres, d’un côté le clocher du village, les petites ruelles dominées par les vestiges d’un donjon. Le retour sera toujours aussi mouvementé, nous éviterons un passage à 18%, ouf… OPENRUNNER a eu pitié de nous.

Ruines
Lac

Au dernier apéro de la semaine, nous remercierons Jean-Claude pour cette très belle organisation, et Christian, pour les heures passés sur OPENRUNNER, ses « CHRISTIANERIE », qui auront agrémentées les parcours. Une très belle semaine, l’une des plus ensoleillée depuis leur création, c’était en 1977 par Pierre DUPEYRON, et l’une des plus pentues, 10000 de dénivelés pour ceux et celles qui auront avalés tous les grands parcours.

Abeilles

Michel


"Le Cyclotourisme, un art de vivre"