AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 Compte-rendusAlbumArchivesMédaillés
Album photos    

PEDICYCLETTE A ÉTAMPES
WEEK-END des 5 & 6 MARS 2005

Jean et Bernadette ont organisé la pédiclyclette en Essonne, avec au programme le samedi une marche de 14 Km et la visite d'Etampes et le dimanche un circuit en vélo de 72 Km avec possibilité de raccourcir à 42 Km suivant la forme.

Il est prévu pour les 2 jours un pique-nique à l'abri "si météo de mauvaise humeur" a écrit Jean.

Bien que la brochure éditée par l'Office du Tourisme précise qu'Etampes est d'un accès facile à 30 minutes de Paris, la météo n'étant pas fameuse et prévoyant des chutes de neige en fin d'après midi, nous décidons avec Jojo et Marie-Louise de rallier le gîte dès le vendredi soir.

Partis en milieu d'après midi nous mettrons près de 6 heures pour rejoindre Etampes, la circulation automobile étant totalement paralysée à cause de la neige qui tombe en abondance plus tôt que prévu.

Jojo et Marie-Louise plus performants -mais on le savait déjà- ne mettront que 3 heures.

Quant aux autres Abeilles, elles rejoindront sans encombre le lieu de rendez-vous le samedi matin, les routes ayant été déneigées dans la nuit.

Bref, à 9 heures, les 18 participants sont prêts à partir, chaussés, gantés et chaudement vêtus car s'il fait beau, il fait froid et la météo a prévu de nouvelles chutes de neige.
Compte tenu des conditions climatiques, les organisateurs ont adapté le programme.

Nous commençons donc par une première visite d'Etampes. Nous découvrons successivement notre Dame du Fort au portail superbement décoré, l'église Sainte Basile mise en chantier sous Robert le Pieux au début du XI° siècle, les hôtels de Diane de Poitiers et de Saint Yon d'époque renaissance puis nous atteignons la tour Guinette qui domine Etampes, dernier vestige du château royal édifié par Hugues Capet.

Depuis le donjon et sous le ciel bleu, la vue des toits enneigés de la ville ressemble aux paysages des cartes postales des stations de sports d'hiver, sauf qu'on est à Etampes. Finalement, je ne regrette pas nos 6 heures de route car quelque soit la météo, nous aurions mis plus de temps pour rejoindre Annecy ou Chambéry.

on_fait_ses_tracesAlors commence une bataille de boules de neige qui durera tant qu'il y aura des munitions c'est à dire toute la journée.
Nous quittons Etampes et nous rejoignons le plateau dans un paysage de steppe sibérienne.
Quel dépaysement! Nous traçons notre piste dans l'épais manteau neigeux. Nous marchons en file indienne derrière Jean Paul et Dany car la neige est profonde (près de 20 cm) et tout écart nécessite une reprise d'équilibre qui peut être difficile à nos ages.

Bernadette et Jean décident de nous faire redescendre dans la vallée car notre progression est lente et nous avons du mal à retrouver le GR.

Nous traversons le charmant village de Vaujouan lieu de départ du Paris Nice lundi prochain. Jean nous montre la grange ou nous aurions du pique-niquer. Heureusement Bernadette a négocié que nous mangions au chaud. Nous sommes ravis même si nous devons attendre un peu.

Nous rejoignons Etampes par l'ancien quartier des tanneurs en longeant la Louette et ses moulins à aubes. Après un arrêt devant l'église Saint Martin et sa Tour penchée, nous nous engouffrons dans le bar de l'espérance le bien nommé dont l'ambiance conviviale nous réchauffe.

ardoiseMerci Bernadette pour ton apéro qui nous a permis d'attendre agréablement que des tables se libèrent. Et si nous renoncions à nos VTS pour un plat chaud ? La carte est alléchante...

Dany demande au patron les différences entre les variétés de steaks proposés. Certains optent pour une soupe suivie d'un pavé de Salers. C'est pas mal non plus !
Le patron nous écoute gentiment, donne des explications mais lorsque nous voulons passer commande, il nous apprend qu'il n'a plus rien hormis des sandwichs et quelques soupes. Nous partagerons donc nos VTS.

L'après midi nous continuons la visite d'Etampes. Denise, Raymonde et Marie Aude, trois amies de Bernadette nous ont rejoints pour nous servir de guides.

hotel_de_villeNous apprenons qu'Etampes, ville d'art et d'histoire est sur la route de Saint Jacques de Compostelle, nous découvrons ses remparts et ses portereaux (pour ceux qui ne le saurait pas il s'agit de vannes fortifiées construites au XVI° siècle qui permettaient d'inonder la ville en cas d'attaque).
Dans l'hôtel d'Anne de Pisseleu nous visitons une exposition hétéroclite avec des collections d'objets souvenirs de 1ère communion, des faïences, des coquetiers, etc...
Notre ballade est toujours agrémentée par la bataille de boules de neige qui continue à faire rage malgré l'épuisement des stocks.
Nous cheminons dans de charmantes ruelles étroites où serpentent les petites rivières qui traversent Etampes et lui valent le surnom de petite Venise.

Nous rentrons à l'hôtel sous un ciel bas mais sans neige par la base de loisirs, accueillis par différentes espèces de canards, sarcelles, foulques, cygnes et autres palmipèdes.

Nous retrouvons Marcel, Roland et Michel qui nous ont rejoints en cette fin d'après midi, eux aussi arrivés sans encombre.

Lors du dîner copieux et succulent, les organisateurs indiquent le programme du lendemain modifié en fonction des conditions météo :

Après concertation, 4 participants optent pour la marche, le reste de la troupe se ralliant à la ballade en vélo bien que la météo prévoit un froid intense mais peut-on la croire puisqu'il n'a pas neigé aujourd'hui ?

Nous terminons la soirée par un jeu de devinettes proposé par les copines un peu coquines de Bernadette. Il s'agit de trouver des noms de départements qui permettent de compléter un texte quelque peu libertin. Tout le monde se prend au jeu car cet exercice nous oblige à faire appel à notre mémoire, ça c'est facile avec les BPF, mais aussi à faire preuve d'imagination, ce qui est beaucoup moins évident. Grâce à certains et certaines qui n'en manque pas nous n'aurons commis qu'une seule erreur en n'ayant pas associé les seins de l'héroïne de l'histoire au département de l'Aveyron. (Elle les Aveyron mais ne les Vendée pas !)

Dimanche 6 mars à 8 h 15, tout le monde se retrouve comme prévu au petit dèj.
Nouveaux conciliabules car il fait froid, le vent du nord souffle et quelques flocons volent. Finalement 9 abeilles maintiennent leur choix et partent à vélo contre 12 qui optent pour la marche.

Au début de la randonnée pédestre nous retrouvons le club de marche d'Etampes et les copines de Bernadette qui nous accompagnerons une partie de la matinée. Les petits sentiers du quartier Saint Pierre sont pittoresques sous la neige.
Nous rentrons sans encombre à l'hôtel mais sous un froid glacial.

La bande des 9 tarde à rentrer. Impatients et affamés la majeur partie des marcheurs s'attablent au restaurant de l'hôtel en accord avec Bernadette.

A son retour le second groupe ira déjeuner à la cafétéria de casino comme l'avait prévu Jean.

le_plateauMais au fait, qu'ont vécu nos 9 Abeilles au cours de cette randonnée de 41 Km ?
1) Ils ont vu de superbes paysages de hauts plateaux encore plus sibériens que la veille avec en prime le vent du nord et des congères.
2) Ils ont du pousser leurs vélos 2 ou 3 Km à cause de la couche de neige qui rendait la chaussée impraticable.
3) Ils ont du faire face à une chute sans gravité d'Henri et Chantal et à 4 crevaisons dont 2 de la part de Jean Pierre qui a ainsi pu étrenner ses nouvelles chambres à air en latex rose non lubrifiées (dixit Pascal).
Bref un truc super et inoubliable, sauf pour Jean Maurice qui a du rapidement rebrousser chemin quand il s'est souvenu qu'il avait laissé ses clefs de voiture sur la portière.

Après un déjeuner en ordre dispersé, nous partons cette fois en tir groupé pour la visite du musée de l'aviation.

Le guide, un bénévole de l'aéroclub tente de nous faire partager sa passion.
De nombreux avions sont entreposés dans un immense hangar : le plus vieux date de 1909 et les plus récents des années 50.
Malgré le froid quasi polaire qui règne et qui justifie que certains aillent se réfugier dans les toilettes qui elles sont chauffées, je quitte mes mitaines pour prendre quelques notes étant totalement néophyte sur le sujet. Le club de la Ferté Allais a été créé par Jean Baptiste Salis pour perpétuer l'esprit héroïque de l'aviation française.

J'entends parler d'un Storch (celui avec lequel on se torche dira Annick) d'un piper (dans lequel on fait sûrement..., je vous laisse deviner la suite et le nom de son auteur).
Notre guide nous raconte l'histoire des pilotes de l'escadrille Normandie Niémen dit "les neuneus", de la banane volante. Il nous montre le prototype de l'avion de Roland Garros qui en 1929 a fait la première traversée de la méditerranée. Il nous apprend qu'en dehors de l'aviation Roland Garros était attiré par les femmes, ce qui me paraît normal pour un homme qui aimait s'envoyer en l'air.
Plus sérieusement notre guide nous montre des Godrons, Fokers, Nieuport, Douglas, Blériot, Corsaires, j'en oublie et des meilleurs et il nous explique leurs différences techniques. Je n'ai pas compris grand chose contrairement à la majeure partie des mecs qui semblent très intéressés.

Toutes les explications de notre GO seront entrecoupées par une joute oratoire qui l'oppose à Rayjane à propos de l'année de l'exposition des vieux avions sur les Champs Elysées. Etait-ce en 97 ou en 98 ? Les débats restent ouverts...

Après cette visite qui en valait bien la peine, nous nous retrouvons à l'hôtel pour une collation avant le retour sur Paris.

Avant de se quitter on s'embrasse et on remercie chaleureusement Jean et Bernadette pour ce week-end totalement réussi.
Nous avons conscience des efforts qu'ils ont du déployer pour adapter à la dernière minute leur programme compte tenu des conditions hivernales imprévisibles.

A ce sujet, notre retour s'est effectué dans d'excellentes conditions puisque nous n'avons mis qu'une heure de porte à porte. Ca améliore la moyenne...

Anne-Marie

"Le Cyclotourisme, un art de vivre"