AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 Compte-rendusAlbumArchivesMédaillés
    À imprimer (Acrobat)

Brevet de Randonneur des Alpes (BRA)

Grenoble (214 km, 4543 m+, 23 juillet 2017)

par Gérard
https://www.abeille-cyclotourisme.fr/souvenirs/2017_bra.html

Le BRA, voilà un brevet cyclo-montagnard qui évoque de grands cols et de belles difficultés. C'est un parcours mythique que le tour de France à emprunté de nombreuses fois dont cette année, quelques jours avant notre passage. Le parcours est facile à mémoriser : départ de Vizille puis montée vers le col de la Croix de fer, descente dans la vallée de la Maurienne avant de monter le col du Télégraphe puis le monument qu'est le col du Galibier, ensuite il n'y a plus qu'à redescendre jusqu'à Vizille. Je ne vais pas dire que ça va être facile, il y a tout de même 214 kilomètres avec 4279 mètres de dénivelé (même 4543 mètres d’après Openrunner).

Plusieurs fois annulé pour cause de neige nous sommes dans la grande montagne soumise aux aléas de la météo.

Cette année il fera beau et chaud soit des conditions permettant de profiter de la randonnée.

Pour ceux qui aiment les cols il y a aussi le BRA+ qui ajoute le col du Mollard, le super BRA qui ajoute le col de Sarenne et le super BRA+ qui ajoute le col du Mollard et le col de Sarenne

Ces parcours peuvent aussi être faits en deux jours avec les formules BAC = Brevet Alpin de Cyclotourisme et il y a aussi un parcours découverte de 116 km et 1808 mètres de dénivelé, à parcourir le dimanche.

J'avais envisagé le BRA+, mais faute d'activités vélo réduites en juin je me suis limité au parcours historique.

Parcours
Profil

Départ à 5h00 après contrôle des éclairages et du gilet de sécurité obligatoires. Le gros des effectifs est parti avant et nous sommes peu nombreux. Le délai étant au plus court, je me trouve entouré de bons grimpeurs que je vais laisser filer pour rouler à mon rythme.

Le jour se lève quand j'arrive au pied du col de la Croix de fer.

À Rochetaillée je rattrape Hervé Thomas reconnaissable de loin avec son vélo et son équipement à l'ancienne.

Nous échangeons quelques mots et nous souhaitons mutuellement un bon courage pour ce brevet montagnard.

Au barrage du Verneys le jour commence à se lever et je m’arrête pour photographier la montagne et son reflet dans une eau très calme. Il y a encore beaucoup de nuages après la pluie de la nuit, mais le soleil va bientôt se montrer.

Un peu plus loin nous serons ralentis par un troupeau de chèvres sur lequel les chiens veillent.

Barrage du Verneys
Barrage du Verneys
Cyclos sur quatre pattes

La croix de ferCe col n'est pas le plus difficile mais il est irrégulier avec quelques passages assez pentus. Au sommet la croix est bien là.

Avec le contrôle il y un ravitaillement bienvenu et bien approvisionné. Bien que soleil soit au rendez-vous il fait encore froid et il faut se couvrir avant de descendre. Je ne m'attarde pas et les premiers kilomètres de la descente sont frais, mais la température devient plus agréable à l'approche de Saint Sorlin d'Arves où beaucoup de cyclos tournent vers le col du Mollard, sauf moi ; sans regret. Finalement ça monte aussi un peu avant la descente finale sur Saint-Jean de Maurienne, j’avais oublié ce passage.

Encore un moment de répit dans la vallée jusqu'à Saint-Michel de Maurienne où un déjeuner froid est servi. C'est bien le moment de se ravitailler avant de se lancer à l'assaut du col du Télégraphe.

Col du TélégrapheJ'avais souvenir de la descente de ce col, mais pas de la montée. Finalement si ce col est court, il a une pente régulière mais assez forte. Il commence à faire chaud et ça devient difficile.

FleursJ'ai maintenant rattrapé une partie des cyclos partis avant moi ce matin et il y a plus de monde pour m’accompagner. Au fil des arrêts on croise régulièrement les mêmes personnes avec lesquelles on échange quelques mots.

Chacun fait sa photo au panneau du col où il y a beaucoup de monde. Une banderole rappelle que le Tour de France y est passé le 19 juillet.

Brève descente et nous voici à Valloire au pied du Galibier, le gros morceau du brevet.

À la sortie de Valloire, à Les Verneys, un ravitaillement avec un plat chaud accueille les randonneurs pour leur redonner quelques forces avant la dernière ascension. Chacun prend son temps avant de repartir.

Avec mon maillot Abeille, je suis abordé par une personne qui se présente comme étant le frère ainé d'Hervé dont il attend le passage un peu plus tard. J'avoue avoir doublé Hervé ce matin mais je pense qu'il va arriver assez tard.

Je repars sous le soleil et c'est très agréable de rouler dans ces paysages grandioses parsemés de fleurs dont les gentianes jaunes.

Panorama peu après le Plan Lachat
Panorama peu après le Plan Lachat

Ne roulant pas bien vite nous avons le temps d'en profiter.

Voici enfin l'entrée du tunnel, mais il est interdit aux cyclistes, il faut monter jusqu'au col. Ce dernier kilomètre est vraiment pentu, il faut la mériter, la photo avec le panneau ! Enfin on est aussi récompensé par le panorama.

Col du Galibier
Panorama du col du Galibier
Panorama du col du Galibier

Voilà c'est fait, le brevet est presque fini, même s'il reste 75 kilomètres jusqu'à Vizille.

Le contrôle avec petit ravitaillement est installé à côté du monument à la mémoire d'Henri Desgrange créateur de tout de France cycliste.

Il fait chaud et finalement je reste en maillot à manches courtes, ce sera suffisant.

La descente est rapide jusqu'au col de Lautaret, ensuite les pentes sont plus modérées. Au lac Chambon nous sommes dirigés vers la route de secours, l'ancienne route est interdite aux vélos. Les quelques kilomètres jusqu'au barrage sont tranquilles, sans voiture.

Après Chambon on retrouve un passage assez rapide, mais il est suivi d’un petite montée heureusement elle n’est pas trop raide.

Suit une dernière descente pentue avant un faux plat jusqu'à Bourg-d'Oisans où le dernier contrôle nous offre encore un ravitaillement.

Pour finir la route descend faiblement mais avec un fort vent de face il faut pédaler encore énergiquement.

Voici finalement l'arrivée où la remise des récompenses vient de se terminer. Je m'apprête à rentrer à mon hôtel mais je me dis que j'ai encore soif et je vois que le vin d'honneur est juste servi. Ce sera l'occasion de rencontrer des copains et d'échanger nos aventures alpines.

Voilà une belle randonnée montagnarde qui s'est bien passée avec un temps idéal.

Au total nous étions 1452 participants dont 168 féminines, avec 619 sur le BRA et ses variantes, 715 sur le BAC et ses variantes et 64 sur le circuit découverts.

Gérard


"Le Cyclotourisme, un art de vivre"