AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 SectionRapportCotisationsQuestions 
Par Patrice Micolon
https://www.abeille-cyclotourisme.fr/questions.html

Peut-on vous contacter autrement que par mail ou par téléphone ?

Oui, on peut toujours assister sans prévenir à une de nos réunions mensuelles. Celles-ci ont lieu en principe le premier lundi de chaque mois (voir le programme du mois prochain) au 10, Boulevard du général de Gaulle à Rueil Malmaison. (Nous téléphoner à l'avance est souhaitable).

Peut-on rouler avec votre club sans y être inscrit ?

Oui, on peut rejoindre "les Abeilles" qui rouleront dimanche prochain (voir le programme du mois) au parvis derrière la Médiathèque, bd du M. Foch, Rueil et participer sans assurance particulière à 3 sorties vélo pour faire connaissance avec le club.

Nota : Afin de respecter les dispositions du contrat d'assurance qui couvre la responsabilité civile du club, (si l'Abeille vous convient), vous devrez vous inscrire avant la 4ème sortie. Cette inscription vous affiliera aussi automatiquement à la Fédération Française de Cyclotourisme à laquelle l'Abeille appartient. Cette affiliation permet, par les polices d'assurance qui y sont associées, d'être assuré, au moins, de sa propre responsabilité civile en nous couvrant du devoir d'indemniser les victimes des dommages que nous causerions aux tiers.

Qu'est-ce qui différencie le cyclotourisme du cyclisme de compétition ?

C'est précisément l'absence de compétition. Pas de classement, pas de chronométrage, et quand on "tire une petite bourre", c'est pour s'amuser entre copains. Mais l'objectif n'est pas là: il s'agit de passer quelques heures entre amis, ou seul si l'on préfère.

Peut-on pratiquer le cyclotourisme à tout age ?

Oui, ou presque. Le cyclotourisme, c'est un peu comme la marche à pied; chacun adapte sa pratique à ses possibilités. C'est une activité sportive fondée sur l'absence de tout esprit de compétition entre les pratiquants. Bien sûr, et comme pour toute activité sportive, le feu vert du médecin est un préalable à la pratique du cyclotourisme.

Peut-on "prendre des roues" ? La pratique du relayage pour lutter ensemble contre le vent est-elle réservée aux coureurs cyclistes ?

Se relayer dans le vent à vitesse raisonnable (20 km/h) en laissant les costauds faire le gros du travail; prendre la roue de celui ou ceux de devant; est une pratique efficace, très efficace même, quasiment indispensable en longue distance où il importe de se ménager longtemps. Les Audax pratiquent cette technique de manière permanente, avec leur mode particulier de pelotons solidaires avec "capitaines de route" désignés à l'avance. D'autres parleront de "chenilles processionnaires", c'est selon les goûts. À défaut d'un recueil pour randonnneurs, voici, emprunté au club de Flins (qui l'a lui-même emprunté au CCV Castelmaurou), un excellent recueil de bonnes pratiques du relayage pour coureurs cyclistes. Naturelllement, des cyclotouristes rouleront à 20km/h (ou 22,5 km/h) et non à 50 km/h et voudront toujours arriver tous ensemble. La différence est importante. Néanmoins, les bases du relayage appliqué au cyclotourisme sont strictement identiques, et bien utiles à connaître. Bien savoir les pratiquer, en sécurité, est essentiel pour pouvoir bénéficier de la protection d'un groupe qui relaye.

Peut-on rouler la nuit ?

Oui, au cours de randonnées de longue distance ou de brevets, il arrive de rouler de nuit. Certains brevets limitent le temps total, sans décompter les heures de nuit. D'autres brevets, comme le 300 km Randonneures Mondiaux (*), débutent au milieu de la nuit pour se terminer avant le début de la nuit suivante.

Et pourquoi ne pas rouler que de nuit, comme le font nos amis anglais sur Londres-la mer (Dunwich Dynamo), voir l'article de presse, en anglais, joint ?

Le cyclotourisme est-il une activité mixte ?

A l'Abeille, environ 40% de l'effectif est féminin, et se pratique beaucoup en couple. Même si c'est un peu exceptionnel, les femmes sont nombreuses à la Fédération Française de Cyclotourisme... et sur la route.

Pourquoi pratiquer au sein d'un club ?

Pour y trouver des amis qui effectueront avec vous une sortie d'entraînement, une randonnée de la journée, un voyage d'un week-end ou de plusieurs jours. Pour se retrouver tous les mois, lors de la réunion du club, et échafauder ensemble les projets futurs, pour apprécier les montages photographiques et vidéos de la saison précédente présentés lors de la fête de la section, tous les ans en janvier.

Quel matériel faut-il ?

On peut pratiquer le cyclotourisme avec un matériel de qualité très moyenne, mais seulement pour de petites distances. Encore faut-il être sûr qu'une mauvaise position, une pédale faussée, un cadre déformé ne génèrent pas une gêne ou des douleurs rapidement insupportables. La plupart des VTT et vélos vendus dans la grande distribution ou les magasins spécialisés sont en général très convenables. Et bien sûr, pour les passionnés, prêts à de gros sacrifices financiers au profit de leur passion, il existe des artisans spécialisés dans la "randonneuse" sur mesure. Vous trouverez tous les conseils dont vous aurez besoin au sein d'un club.

Quelles sont les distances que peut parcourir un cyclotouriste ?

De quelques dizaines de kilomètres à quelques centaines: sur route, sur les chemins, dans les bois, seul, en groupe, en rallye, sur un brevet montagnard, sur un brevet audax, un brevet de randonneur, et jusqu'au mythique Paris-Brest-Paris (1200 kms en moins de 90 heures...).

Peut-on être suivi par une voiture ?

C'est une question d'approche personnelle. Bien sûr, c'est une manière d'associer son conjoint à ses loisirs. D'un autre coté, c'est parfois (trop) tentant de mettre le vélo dans la voiture, et de terminer en voiture...

Peut-on voyager à bicyclette ?

Bien sûr ! C'est même sans doute la forme la plus aboutie du cyclotourisme. Hotels, gîtes, tables d'hôtes ... se font une joie de nous accueillir, et on peut même emporter son matériel de camping sur la bicyclette (jamais dans un sac à dos). Il faut alors limiter un peu les étapes (raisonnablement, pas plus de 70-80 km).

Peut-on rouler loin ?

C'est beau la vie à vélo. Alors, pourquoi pas ? Et pourquoi pas traverser la France ? ou l'Europe ? De nombreux pays voisins sont sillonnés de pistes cyclables. La France possède le plus beau réseau de routes secondaires du monde. On peut même traverser toute l'Europe sur voie cyclable réservée, sans côtes, par des pistes cyclables Européennes. Voir aussi à la page des liens la rubrique "Voyages".

Est-on obligé de participer à toutes les activités du club ?

Non. A l'Abeille, beaucoup de membres n'habitent plus la région parisienne, mais restent affiliés au club, car ils y ont trouvé chaleur et amitié. Et c'est toujours un plaisir de se revoir tous les ans, lors de la fête de la section en janvier.

Au fait, quelle est l'histoire du vélo en Europe ?

La voici en images (une video, compliment Velib)

Le cyclotourisme est-il compatible avec la gastronomie ?

Rien de meilleur qu'un excellent repas partagé le soir à l'étape, par exemple lors d'une 'flèche" (une randonnée reliant Paris à une ville de la périphérie de l'hexagone). Et l'Abeille est l'inventeur de la "vélofourchette" (reliant Rueil à un bon restaurant de la région parisienne).

On trouve d'ailleurs les bonnes adresses des contrôleurs impitoyables de la Vélofourchette dans la rubrique "Pratique:Bonnes adresses".

(*) Les brevets randonneurs Mondiaux sont organisés suivant des règles déterminées par l'Audax Club Parisien.

Quelques conseils sécurité aux débutants :


"Le Cyclotourisme, un art de vivre"