AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
Bonnes adressesImprimésLiensTéléchargementsNotices

Dernière mise à jour le 11/10/2017

Achat et mode d'emploi cyclo d'un Garmin Edge 800

Table des matières 

1 est la documentation de référence établie par Christian, ensuite ce sont des leçons, à suivre dans l'ordre en débutant par 2, ou comme on voudra.

1 - Document de référence (Retour au haut de page)

S'orienter en cyclotourisme, maintenant (PDF, par Christian)

2 - Que Choisir ? (Retour au haut de page)

Aller dans une boutique, sur le site Garmin <http://www.garmin.com/fr-FR> ou sur un autre site de vente par internet. Choisir:

3 - Première utilisation (Retour au haut de page)

Résumé. On le sort de sa boite, on le charge, on le fixe au vélo, on le configure, on fait un premier tour de chauffe, on s'enregistre sur OpenRunner, on rapatrie le parcours sur OpenRunner.

Le charger. Sortir le Garmin de la boite, le charger quelques heures par son cable USB connecté au secteur par l'adaptateur secteur. Le connecteur est caché sous un protège-pluie en caoutchouc.

Le fixer au vélo. Laisser un emplacement pour un compteur classique. C'est plus prudent car, sinon, on ne conservera jamais souvenir de sa distance annuelle roulée. Le mieux est de poser le Garmin sur la potence et le compteur sur le cintre.

Le configurer. On se met dehors, pour que les satellites soient accessibles. Alors, poser le Garmin sur le vélo, et actionner pour la première fois le bouton marche/arrêt situé sur le coté en haut à gauche de l'appareil. L'appareil commence par chercher des satellites (sinon il est égaré quelque part en Corée). Le laisser chercher, puis trouver. La page de recherche disparait alors. Répondre alors aux question, poids, age, unités (métriques), etc. L'appareil se positionne alors sur la page "compteur de vitesse", qui montre :

C'est donc un compteur de vitesse bien pratique qui ne requiert pas d'aimant sur un rayon du vélo pour détecter son déplacement ni de mise à l'heure pour détecter l'heure locale (il la demande aux satellites), mais qui ne pense pas tout seul à totaliser les kilomètres annuels.

Faire un premier tour de chauffe. Enfin du vélo !

S'enregistrer sur OpenRunner. Cliquer dans <http://www.openrunner.com/>, y créer un compte gratuit, bien noter son login et son mot de passe.

Se connecter à Garmin Connect. <http://www.garminconnect.com/>. Créer un compte gratuit chez Garmin. Bien noter son login et son mot de passe. Connecter le Garmin par la prise USB. Cliquer en haut à droite "Télécharger", puis "Télécharger les activités sélectionnées" et rapatrier le parcours sur Garmin Connect. Lui donner un nom, configurer son compte dans Garmin Connect pour, à minima, utilisation des mesures métriques (sinon, ce sont des pieds et des miles). le parcours apparait, affichable sur carte Bing (Microsoft) ou Google. Le choisir en cliquant son nom pour l'afficher. En rapatrier alors le ficher sur le bureau (TCX, GPX et KML de Google Earth) par la commande "Exporter". Les trois seront compatibles avec OpenRunner. Le plus léger (GPX) sans tops horaires, suffit donc, le choisir. Ouvrir OpenRunner (Cliquer dans <http://www.openrunner.com/>), s'y authentifier par son login et son mot de passe, cliquer dans "Planifier un parcours", puis dans l'icone, en haut de la carte qui apparaît "Importer des traces GPS". Choisir le fichier GPX qu'on a posé comme une bouse sur le bureau. Le parcours apparait, lui donner un nom et le sauvegarder (en disant, fierté oblige, que c'est du vélo et non de la course à pied). Le parcours ainsi importé apparait alors en haut de "Mon Espace / Mes Parcours".

Nota (by-passer Garmin Connect). On peut aussi (du moins c'est ce que dit la théorie) by-passer l'étape Garmin Connect et importer directement dans OpenRunner depuis le Garmin par la commande "Importer des traces GPS". Le parcours ainsi importé apparait alors en haut de "Mon Espace / Mes Parcours".

Enregistrer l'appareil

Aller sur <http://my.garmin.com>, utiliser le même login et le même mot de passe, enregistre l'appareil en le connectant par la prise USB. La société Garmin nous communique alors le N° d'enregistrement (ID) du Garmin (ainsi que son numéro de série qui figure au dos de l'appareil, bien lisible).

Noter soigneusement (servira pour déverrouiller les cartes):

4 - Installation de la cartographie (Retour au haut de page)

Résumé. On a acheté le DVD "Europe", on a acheté, pour contenir cette cartographie imposante, une carte mémoire additionnelle enfichable (microSTM/SDTM). On va maintenant (1) installer cette cartographie sur l'ordinateur, car c'est depuis l'ordi qu'on pourra rapatrier des mises à jour de cartes, puis (2) sur le Garmin, car c'est là, et uniquement là, qu'elle est utile. Notons dans un coin de notre mémoire qu'on n'a pas vérifié si le DVD qu'on vien d'acheter est à jour. Cette mise à jour, on va la présumer et on consacrera tout un chapitre, plus tard, à a mise à jour de la carte et à son installation sur le Garmin.

4.1 - Première installation sur l'ordi

Achats.

Achat différé, qu'il faudra faire quand Base Camp nous signalera qu'on n'est plus à jour.

Vérification du Garmin.

Vérifier d'abord où le Garmin enregistre spontanément ses données quand on roule. Pour ce faire, choisir Menu --> clé --> System --> Data recording. L'instruction "Record to" renvoie à "Internal Storage". Le bouton indique donc: "Record to Internal Storage", ce qui signifie que le Garmin enregistre sur sa mémoire interne et non sur une hypothétique carte mémoire externe micro SD. C'est bien.

Installer les cartes sur l'ordinateur.

Insérer le DVD dans l'ordinateur (ici, un mac). Une fenêtre s'ouvre avec un package d'installation. Double-cliquer dessus. Le logiciel d'installation démarre. Il installe (à l'emplacement par défaut de l'ordi) le logiciel CN Europe NT 2013 sur l'ordinateur. C'est là que se mettront les cartes (par défaut dans les bibliothèques non-partagées du dossier personnel), c'est là qu'on pourra mettre à jour ou supprimer, le moment venu, les cartes. C'est de là qu'on pourra charger Garmin. L'installation dure une bonne demi heure. Elle installe deux logiciels:

Garmin MapManager. Inexistant sur le mac en dépit de la documentation Garmin qui dit le contraire. Ne pas le chercher vainement.

Garmin MapInstaller.  On le trouve dans le DVD de la carte et, ensuite, avec toute installlation de Base Camp.

Double cliquer. Il indique "Carte verrouillée détectée": "City Navigator Europe NT 2013.1".

Cliquer: "Déverrouiller les cartes en ligne". Une page s'ouvre. Cette page comporte trois champs de code à remplir.

Connecter le Garmin (sans sa carte mémoire) à la prise USB de l'ordinateur.

Sur la page en question, cliquer alors le bouton "Rechercher les périphériques". L'ordi trouve alors un Edge 800 et nous donne trois champs à remplir. (1) il préremplit sur la page qui va bien l'ID de Garmin (qui est une référence d'enregistrement non visible sur l'appareil). (2) Le Garmin porte en façade son numéro de série, le saisir dans le 2° champ. Pour mémoire, au moment de l'enregistrement du Garmin à la leçon 3, on avait pris connaissance de son ID (que Garmin avait déterminée lors de cet enregistrement), on l'avait conservée soigneusement et on n'avait pas oublié son numéro de série (si on l'oublie, il est imprimé au dos du Garmin). (3) Enfin, la clé du produit (product key) du DVD contenant les cartes figure sur la pochette du DVD. Ainsi, on parvent à remplir les trois champs.

Cliquer alors sur le bouton "Déverrouiller la carte"

En apparence, rien ne se passe. Cliquer alors sur "Récupérer les codes de déverrouillage"

En apparence, rien ne s'est passé, mais apparait en vert sur la page "Déverrouillage des cartes effectué pour l'appareil.". Youpi ! C'est gagné !

4.2 - Première installation sur le Garmin

Retourner alors sur la fenêtre de MapInstaller. Y sélectionner l'appareil sur lequel on veut installer les cartes (cela se fait tout seule et il n'y a qu'un choix tant qu'il n'y a qu'un seul Garmin connecté). Comme le Garmin est connecté, il dit "Edge 800 (unit ID...)", et dit bêtement: "dommage, pas assez de place pour installer toutes ces cartes [contenues dans le DVD juste débloqué], il va être nécessaire d'être sélectif".

Retourner le Garmin, ouvrir la languette platique de gauche, ce qui laisse apparaitre l'emplacement (vide) prévu pour y insérer la carte mémoire supplémentaire. C'est là-dedans qu'on va stocker la cartographie.

Insérer alors la carte mémoire vide microSTM/SDTM à sa place. Miracle ! après un peu de réflexion, cette même fenêtre dit maintenant : "Edge 800 (unit ID... + carte SD)", et elle dit qu'on peut tout stocker (ce qui était bien ce qu'on voulait faire: tout stocker sur la carte SD).

Installer les cartes sur la mémoire microSTM/SDTM du Garmin.

Cliquer "Envoyer des cartes". La fenêtre dit: "Ces cartes seront envoyées à votre appareil : City Navigator Europe NT 2013.1. Une fois cette opération effectuée, il restera 80.7 Mo d'espace disponible sur votre appareil, et 5393.7 Mo sur la carte SD". En effet sur une carte de 8 Go achetée, on a installé de l'ordre de 3 Go en installant toute l'Europe. Il reste donc bien de l'ordre de 5 Go.

Cliquer "Confirmer" et aller dîner.

Il crée d'abord l'image de carte (qq minutes). Ensuite, il transfère les cartes (environ 3 heures).

Installation terminée, vérification faite, Garmin a maintenant ses cartes, et le parcours (une trace) prédéterminé en étape précédente est maintenant posé sur des routes et rues réelles.

5 - Deuxième utilisation (Retour au haut de page)

Résumé. On le sort de son étui (chargé), on le fixe au vélo, on le préchauffe, on démarre le chrono, on fait un tour de vélo, on rapatrie la trace sur OpenRunner.

Le charger. Sortir le Garmin de la boite, le charger quelques heures par son cable USB connecté au secteur par l'adaptateur secteur. Le connecteur est caché sous un protège-pluie en caoutchouc.

Le fixer au vélo. Le mieux est de poser le Garmin sur la potence et le compteur sur le cintre.

Le préchauffer. On se met dehors, pour que les satellites soient accessibles. Alors, poser le Garmin sur le vélo, et actionner le bouton marche/arrêt situé sur le coté en haut à gauche de l'appareil. L'appareil commence par chercher des satellites. Le laisser chercher, puis trouver. La page de recherche disparait alors. Question: "je démarre le chrono ?", lui répondre "Non". L'appareil se positionne alors, chrono arrêté,  sur la page "compteur de vitesse", qui montre :

Les autres pages de menu sont:

C'est donc un compteur de vitesse bien pratique qui ne requiert pas d'aimant sur un rayon du vélo pour détecter son déplacement ni de mise à l'heure pour détecter l'heure locale (il la demande aux satellites), mais qui ne pense pas tout seul à totaliser les kilomètres annuels. Penser à afficher la carte.

Faire un tour de vélo. Enfin du vélo !

Cliquer sur le bouton (en bas à droite de l'appareil) Start/Stop, ceci démarre le chrono. Choisir d'afficher la carte. Noter que la carte s'oriente toute seule pour que "derrière" soit toujours derrière nous, avec la position du vélo symbolisée par une flèche, toujours située au milieu vers le bas de l'afficheur (laissant l'essentiel de l'affichage pour ce qui est devant nous). Noter qu'il nous écrit des indications de trajet (nom des rues ou routes qu'on va traverser, direction sur laquelle on est) en anglais, le configurer en français. Noter que, comme faisait Attila pour l'herbe que son cheval foulait, le passage du vélo sur une route la peint en bleu. Cette trace de peinture bleue est la trace, qu'on va rapatrier. Noter en fin de parcours qu'on peut y lire en affichage "Compteur de vitesse" les stats du parcours. C'est comme avec un compteur, avec les dénivelées en plus.

Rapatrier la trace, variante par Garmin Connect. Se connecter à Garmin Connect. <http://www.garminconnect.com/>. S'authentifier par son login et son mot de passe. Connecter le Garmin par la prise USB. Cliquer en haut à droite "Télécharger", puis "Télécharger les activités sélectionnées", et rapatrier le parcours sur Garmin Connect. Lui donner un nom. le parcours apparait, affichable sur carte Bing (Microsoft) ou Google. Le choisir en cliquant son nom pour l'afficher. En rapatrier alors le ficher sur le bureau (TCX, GPX et KML de Google Earth) par la commande "Exporter". Les trois seront compatibles avec OpenRunner. Le plus léger (GPX) suffit donc, le choisir. Ouvrir OpenRunner (Cliquer dans <http://www.openrunner.com/>), s'y authentifier par son login et son mot de passe, cliquer dans "Planifier un parcours", puis dans l'icone, en haut de la carte qui apparaît "Importer des traces GPS". Choisir le fichier GPX qu'on a posé comme une bouse sur le bureau. Le parcours apparait, lui donner un nom et le sauvegarder (en disant, fierté oblige, que c'est du vélo et non de la course à pied). Le parcours ainsi importé apparait alors en haut de "Mon Espace / Mes Parcours", sous forme de trace avec plein de points.

Rapatrier la trace, variante par Garmin Base Camp. Connecter le garmin à l'ordinateur. Si Base Camp (et Garmin Express) ne démarre pas tout seul, le lancer. Base Camp trouve le Garmin et réfléchit. À sa première ouverture, il réalise qu'il y a un ou plusieurs nouveaux parcours sur le Garmin (dans le volume "Garmin", pas dans le volume "Cartes") et propose de les sauvegarder sous forme d'une "Aventure". À  la seconde ouverture, il a déjà oublié et ne signale plus rien. Aller alors en bandeau gauche dans "Mes appareils Garmin", choisir "Edge 800 (GARMIN). Aparaissent alors en bas de colonne gauche un répertoire "Edge 800 (GARMIN), comportant en partie basse de fichiers précédés d'une trace de pas. Ce sont les traces stockées sur le Garmin (on a pensé à cliquer longuement sur "lap/Reset" pour sauvegarder la trace). Leur syntaxe par défaut est: "08/12/2013 10/13/42 UTC", elles se rangent dans l'ordre usuel, c'est à dire en bordel. Double cliquer sur la plus récente pour la sélectionner et l'ouvrir. la trace apparait sur la carte et dans une fenêtre pop-up à deux onglets ("Récapitulatif", qui donne la description de tous les points et "Remarques", qui est vide sauf si on le renseigne). Cliquer alors dans la commande de menu "Fichier - Exporter <Nouvelle Aventure>... Le format par défaut est GPX, qui est est parfait [on peut aussi exporter en GDB (format Garmin bases de données), en KML (format Google Earth) ou en TCX (format Garmin Training Center)]. Les quatre formats seront compatibles avec OpenRunner. Le plus léger (GPX) suffit, le choisir. Sauvegarder sur le bureau (où on ira le chercher pour la suite). Pour ce faire, cliquer "Exporter" et choisir le bureau comme destination du fichier. Ouvrir OpenRunner (Cliquer dans <http://www.openrunner.com/>), s'y authentifier par son login et son mot de passe, cliquer dans "Planifier un parcours", puis dans l'icone, en haut de la carte qui apparaît "Importer des traces GPS". Choisir le fichier (GPX) qu'on a posé sur le bureau. Le parcours apparait, lui donner un nom et le sauvegarder (en disant, fierté oblige, que c'est du vélo et non de la course à pied). Le parcours ainsi importé apparait alors en haut de "Mon Espace / Mes Parcours", sous forme de trace avec plein de points.

Nota (rapatrier la trace en by-passant Garmin Connect). On peut aussi tenter de by-passer l'étape Garmin Connect et importer directement dans OpenRunner depuis le Garmin par la commande "Importer des traces GPS". Pour ce faire, il sera sans doute nécessaire, sur demande de Garmin, de télécharger et installer sur le navigateur web, le Communicator Plug in de Garmin. Le parcours ainsi importé est supposé apparaître alors en haut de "Mon Espace / Mes Parcours". Je ne suis pas certain que ceci fonctionne réellement.

6 - Mettre à jour, à la maison, le Garmin (son logiciel interne) (Retour au haut de page)

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer.

Pour mettre à jour le logidiel interne du Garmin, hors Garmin Express, les deux méthodes préconisées par Garmin sont:

Ici, on choisit la méthode de grand papa, la plus sûre: Garmin WebUpdater.

7 - Mettre à jour la cartographie (si on a acheté le DVD et non une carte micro SD) (Retour au haut de page)

7.1 - Première mise à jour (payante) des cartes

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer. Le Garmin monte sur le bureau sous forme de deux répertoires correspondant respectivement à la mémoire interne du Garmin et à sa carte SD sur le mac. Il apparait comme un ou deux nouveau(x) répertoire(s) sur le PC. Il recharge sa batterie s'il le juge nécessaire.

Lancer Garmin BaseCamp. BaseCamp© permet une interaction avec les produits cartographiques de Garmin et la gestion de données géographiques telles que des tracés, itinéraires, waypoints et chasses au trésor. Il offre également une interface de téléchargement de cartes personnalisées Garmin et d'images satellite BirdsEye Imagery pouvant être transférées vers des appareils Garmin compatibles. Si, en haut à droite, le bouton "Notifications" comporte un nombre en rouge, cliquer le bouton "Notifications". Le bouton "Notifications" affiche en effet les notifications qui, du moins c'est ce que dit la théorie, attendent une action de la part de l'utilisateur.

On peut aussi ignorer tout ça et continuer à faire du vélo.

Bon, on a fait tout ça pour rien. Au moins, on sait que les cartes ne sont pas vieilles d'un an comme dit plus haut par Garmin BaseCamp, mais sont à jour selon St Garmin de l'Olympe. Quand le moment sera venu, pour moi selon St Garmin de l'Olympe (selon my.garmin.com), de mettre ma cartographie à jour, je modifierai ce chapitre.

Quelques mois plus tard, on remet ça, toujours dans Base Camp, qui nous signale qu'on a des cartes obsolètes. Pour la suite, Garmin doit être connecté à l'ordinateur.

Content ! C'est le moment de manger de la gencive de porc (la cité de la peur).

Une ou deux semaines plus tard (le lendemain), on remet ça: Base Camp est repu et signale "Pas de commentaire". Parcontre Garmin Express dit, en présence du Garmin connecté: "Vous avez des mises à jour à faire". 

Une ou deux semaines plus tard, le Garmin branché à l'ordi par son cordon USB, démarrer par hasard Garmin MapInstaller. Constater alors que si l'ordi est à jour, le Garmin, lui, ne l'est pas encore. Installer alors la mise à jour de la cartographie sur le Garmin. MapInstaller compare alors ce qui est installé (par exemple City Navigator Europe NT 2013.1) et ce qui est disponible sur l'ordinateur pour installation (par exemple City Navigator Europe NT 2013.4) et propose, au choix, d'ajouter le second au premier ou de substituer le second au premier. Dans le cas indiqué (toute la cartographie d'europe) cocher pour la substitution de la nouvelle à l'ancienne pour ne pas saturer le Garmin de cartes anciennes versions. Le chargement des cartes de l'ordi vers le Garmin commence, il prend dans les 3 heures, bon poids. Penser à désactiver temporairement tout ce qui met l'ordinateur en hibernation.

Vérification que Garmin est [aussi] à jour [que l'ordinateur]. 

7.2 - Mises à jour (gratuites) suivantes sur le Garmin équipé classiquement de sa carte micro SD

a)    Vérification de la mise à jour de la carte utilisée

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer. Le Garmin monte sur le bureau du mac sous forme de deux répertoires correspondant respectivement à la mémoire interne du Garmin et à sa carte SD. Il apparait comme un ou deux nouveau(x) répertoire(s) sur le PC. Il recharge sa batterie s'il le juge nécessaire.

b)    Mise à jour de l'ordi (cartes)

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer. Le Garmin monte sur le bureau du mac sous forme de deux répertoires correspondant respectivement à la mémoire interne du Garmin et à sa carte SD. Il apparait comme un ou deux nouveau(x) répertoire(s) sur le PC. Il recharge sa batterie s'il le juge nécessaire. Si tout va bien, Garmin Express démarre dans une fenêtre de mises à jour et s'intéresse à deux choses: télécharger des mises à jour pour le logiciel du Garmin et (si on a acheté une cartographie susceptible d'être mise à jour) télécharger des mises à jour pour la cartographie du Garmin.

Sinon, démarrer Garmin Express;

À la fin du processus, il faudra en effêt toujours effectuer la mise à jour du Garmin (pas de l'ordi) avec Garmin MapInstall, comme décrit ci-dessous.

c)    Mise à jour du Garmin (cartes)

Garmin non démarré toujours branché à l'ordi par son cordon USB, démarrer Garmin MapInstaller. Installer alors la mise à jour de la cartographie sur le Garmin. MapInstaller compare alors ce qui est installé (par exemple City Navigator Europe NT 2013.1) et ce qui est disponible sur l'ordinateur pour installation (par exemple City Navigator Europe NT 2013.4) et propose, au choix, d'ajouter le second au premier ou de substituer le second au premier. Dans le cas indiqué (toute la cartographie d'Europe) cocher pour la substitution de la nouvelle à l'ancienne pour ne pas saturer le Garmin de cartes anciennes versions. Le chargement des cartes de l'ordi vers le Garmin commence, il prend dans les 3 heures, bon poids. Penser à désactiver temporairement tout ce qui met l'ordinateur en hibernation.

d)    Vérification que Garmin est maintenant aussi à jour que l'ordinateur

7.2 - Mises à jour (gratuites) suivantes sur la carte micro SD seule (déguisée en Garmin comme dit au paragraphe 11) (màj dec 2016)

a)    Vérification de la mise à jour de la carte utilisée

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer. Le Garmin monte sur le bureau du mac sous forme de deux répertoires correspondant respectivement à la mémoire interne du Garmin et à sa carte SD, ici déguisée en Garmin. Il apparait comme un ou deux nouveau(x) répertoire(s) sur le bureau.

b)    Mise à jour de l'ordi (cartes)

Ordi allumé, connecter le Garmin, sans le démarrer. Le Garmin monte sur le bureau du mac sous forme de deux répertoires correspondant respectivement à la mémoire interne du Garmin et à sa carte SD. Il apparait comme un ou deux nouveau(x) répertoire(s) sur le PC. 

Si pas déjà démarré, démarrer Garmin Express;

À la fin du processus, il faudra en effêt toujours effectuer la mise à jour du Garmin (pas de l'ordi) avec Garmin MapInstall, comme décrit ci-dessous.

c)    Mise à jour du Garmin (cartes)

d)    Vérification que Garmin est maintenant aussi à jour que l'ordinateur

8 - Troisième utilisation (Retour au haut de page)

Résumé. On le sort de son étui (chargé), on le fixe au vélo, on le préchauffe, on se positionne sur le parcours faut lors de la deuxième utilisation, on démarre le chrono, on fait un tour de vélo et on se compare bord à bord à ce qu'on avait fait avant. On utilisera donc la fenêtre où on voit deux vélos faisnt la course.

Le fixer au vélo.

Le préchauffer. On se met dehors, pour que les satellites soient accessibles. Alors, poser le Garmin sur le vélo, et actionner le bouton marche/arrêt situé sur le coté en haut à gauche de l'appareil. L'appareil commence par chercher des satellites. Le laisser chercher, puis trouver. La page de recherche disparait alors. Question: "je démarre le chrono ?", lui répondre "Non", ou (si on est déjà sur ce parcours). Autre question possible: "Vous êtes proche du début du parcours. Voulez-vous commencer ?", lui répondre "Non". L'appareil se positionne alors, chrono arrêté,  sur la page "compteur de vitesse", qui montre :

Cliquer "MENU".

Cliquer "Parcours" (l'icone qui ressemble à un serpent vert moche). On a le choix entre créer un nouveau parcours et en sélectionner un existant. Cliquer dans le parcours qu'on avait sélectionné (eh oui, il fallait choisir, en l'enregistrant, un nom qu'on comprenne et ne pas laisser Garmin l'inventer !). On a trouvé, on a cliqué. La carte apparait (mais pas la trace du parcours sur la carte, ça serait trop simple !), avec un bouton en bas à droite "Aller".

Cliquer "Aller".

Garmin dit tout à trac "Vous êtes proche du début du parcours. Voulez-vous commencer ?", du moins si on est effectivement proche du début du parcours, lui répondre "NON" car on n'a pas encore commencé à rouler et on ne veut donc pas que Garmin démarre déjà le chrono. Pour se résumer, en cliquant "Aller", on a sélectionné le parcours mais on n'a pas encore démarré le chrono de temps écoulé et vitesse moyenne, ce que Garmin voulait faire pas sa question stupide.

Faire un tour de vélo. Enfin du vélo ! Cliquer sur le bouton (en bas à droite de l'appareil) Start/Stop, ceci démarre le chrono. Choisir d'afficher la carte (4). Noter que la carte s'oriente toute seule pour que "derrière" soit toujours derrière nous, avec la position du vélo symbolisée par une flèche, toujours située au milieu vers le bas de l'afficheur (laissant l'essentiel de l'affichage pour ce qui est devant nous). Noter qu'il nous écrit des indications de trajet (nom des rues ou routes qu'on va traverser, direction sur laquelle on est) en français. Noter que, contrairement à la leçon 5, contrairement à Attila qui traçait la route de son cheval derrière lui, ici, la trace est déjà tracée, devant le vélo, avec même des flèches indicatrices discrètes quand ça va tourner. Noter en fin de parcours qu'on peut y lire en affichage "Compteur de vitesse" les stats du parcours. C'est comme avec un compteur, avec les dénivelées en plus.

Rappelons nous nos pages de menu:

9 - Rouler sur un parcours OpenRunner (Retour au haut de page)

Résumé. On branche le Garmin à l'ordinateur, on sélectionne un parcours Openrunner, on le charge sur le Garmin en mode trace, puis ou suit ce parcours sur le vélo.

9.1 - Solution officielle selon Garmin

9.2 - Solution officieuse qui semble plus efficace

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8" ?>
        <gpx
         version="1.0"
         xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
         xmlns="http://www.topografix.com/GPX/1/0"
         xsi:schemaLocation="http://www.topografix.com/GPX/1/0 http://www.topografix.com/GPX/1/0/gpx.xsd"
         creator="http://www.openrunner.com">
            <trk>
                <name>2015-05-20 Senonches St Pierre des nids Lalacelle</name>

9.3 - Les parcours sont chargés.

On pose le Garmin sur le vélo.

Si on veut sauvegarder la trace du trajet qu'on vient de parcourir (entre "start/stop" et "start/stop"), faire comme à la leçon 3.

10 - Conserver (sur Openrunner)  une trace, précise mais aussi légère que possible, d'un trajet qu'on vient de faire (Retour au haut de page)

Jusqu'ici, dans les leçons 3, 5, 8 et 9, pour conserver ses traces, on se débrouillait avec Garmin Connect (sur un site web) ou BaseCamp (sur l'ordi ou son iCloud personnel), sans trop chercher à optimiser le poids du fichier résultant. Or, 120 km, ou 10 heures de temps total peuvent faire jusqu'à 10 000 points, ce qui nous fait un fichier GPX massif pouvant peser de 2 à 3 Mo). OpenRunner, pour sa part, sait ouvrir des fichiers de trace tant qu'ils sont de masse inférieure à 5 Mo (donc, il sait ouvrir ces traces massives), mais il ne sait les ouvrir qu'en mode "Trace". Si on lui demande de les ouvrir en mode "Route" en lui demandant de lisser les trajectoires entre points dans des routes qu'il connait, il ne faut pas lui donner plus de 120 points à manger. BaseCamp (OpenRunner aussi, sans doute) sait "filtrer" une trace pour réduire son nombre de points. On peut filtrer en temps (temps constant entre deux points), on peut filtrer en distance (distance constante entre deux points), on peut filtrer en automatique (qui optimise pour mettre plus de points dans les courbes et moins de points dans les portions droites) ou on peut filtrer avec un nombre maxi de points (par exemple en le limitant à 120 points pour compatibilité OpenRunner). 120 points: c'est parfait pour un trajet entièrement sur route, mais ça échoue dès lors qu'un tronçon au moins est sur une partie que OpenRunner ne reconnait pas comme route praticable. Cela ne présente naturellement pas d'intérêt en VTC, VTT, marche ou course à pied. Ceci est particulièrement vrai dans les pays à pistes cyclables, car les pistes cyclables étaient largement ignorées par Goggle Maps, qui fournit sa cartographie à OpenRunner (mais ça s'améliore d'année en année). Pour filtrer (réduire le nombre de points), se focaliser sur la limite OpenRunner de 120 points pour lire les cartes en mode "Route" n'est donc pas toujours la bonne idée. Filtrer, toutefois, pour réduire l'aspect massif d'un fichier qu'on gardera en mode "Trace" en lui supprimant son gras superflu, pour le mettre sur internet ou autre, reste utile. C'est l'objet de ce chapitre. Commet faire ?

Filtrer le fichier GPX, le rapatrier (GPX) sur Openrunner. En voici le mode d'emploi (Edge 800, Mac, BaseCamp et Openrunner). On a fait à vélo un parcours. Qu'importe comment on a fait (qu'on ait suivi une trace Garmin, une carte routière, le nez au vent, en suivant quelqu'un, ...), cela ne change rien à ce qui suit. On a fait un reset du Garmin (bouton LAP/RESET 5 secondes) et Garmin a de ce fait arrêté et enregistré la trace correspondante. On a arrêté le Garmin.

On s'arrête là.

On peut aussi faire encore mieux (pour les fêlés du poids, mais c'est bien peu utile). On peut en effet vouloir convertir notre fichier sorti du Garmin (exporté en GPX, ou en format natif Garmin), ou déjà précompacté par Base Camp par la méthode qui précède, en KML pour affiner sa silhouette et, ensuite, reconvertir ce ficher KML en GPX pour que tous puissent le lire. Le fichier KML sera lisible sur Google Earth et Google Maps seulement, alors que le fichier GPX sera lisible par tous les logiciels de représentation de traces et routes d'appareils GPS. Convertir de GPX (ou autre) en KML, et retour en GPX. Google maps et Google Earth utilisent les fichiers KML. Ces fichiers comportent juste, point par point, les trois coordonnées spatiales (latitude, longitude, altitude). Pas de temps, donc pas de vitesse. Il se trouve aussi qu'un fichier KML est structuré très "dense". Pour ces deux raisons (uniquement les coordonnées spatiales et densité), il pèse de l'ordre de 10x moins que le fichier équivalent GPX. Reconverti en GPX, il va perdre sa densité et tripler en poids, mais il pèsera ainsi encore de l'orde de 3x moins que le GPX d'origine. C'est toujours bon à prendre.

Ainsi, après avoir écrémé plus des 2/3 de la masse du fichier, on conserve son nombre de points ainsi que les positions respectives de ces points. Mais, en faire tant est inutile !

11 - Remplacer la carte micro SD portant la cartographie reçue par abonnement (Retour au haut de page)

Pour cet exemple, la cartographie est City Navigator Europe, achetée par abonnement depuis 2013.

Constatation: De retour de Nouvelle Zélande, la cartographie portée par une carte micro SD enfichée de 8 Go n'apparaît plus sur le Garmin en roulant. De plus, en connectant le Garmin a l'ordi, le répertoire "Cartes" ne monte plus et le répertoire "Garmin" monte brièvement, puis disparaît, ce qui déclenche un message de remontrances sur l'ordinateur: "Garmin a été déconnecté brutalement, ce n'est pas bien. Ne pas recommencer".

Diagnostic: la carte micro SD a rendu l'âme, il faut la remplacer.

Achat de la nouvelle carte (une 16 Go, cette fois). Test de la nouvelle carte: elle monte sur le bureau. Nom: NO NAME. Je la renomme "Cartes".

Vérification de son formattage avec Utilitaire de disques. Système de fichiers: MS-DOS (FAT). Il s'agit du codage par défaut des cartes USB, compatible Windows et Mac OS. C'est ce que veut le Garmin. Si d'aventure on trouvait un formattage différent, l faudrait reformatter en MS-DOS (FAT).

Ici, on va court-circuiter la méthode classique qui consiste à insérer la carte dans le Garmin; brancher; deux répertoires doivent monter: CARTES et GARMIN; démarrer Garmin MapInstall; le Garmin doit normalement apparaitre comme doté de sa carte mémoire. Ici, non: défaut. Pour ne pas à avoir à désinstaller et réinstaller tous les logiciels Garmin dans le mac, je prends la méthode court-circuit. Notons que cette méthode est aussi celle adoptée par ceux qui installent sur le Garmin une cartographie gratuite non protégée, de type openstreetmap.

Si pas déjà fait, télécharger Garmin MapManager et Garmin MapInstall dernière version (4.0.4 Windows et 4.1.1 Mac en jan 2016), chacun depuis <http://www8.garmin.com> (Windows) <http://www8.garmin.com/support/download_details.jsp?id=3825> (Mac). Cela ne se fait pas tout seul, il faut aller les chercher sur le site de Garmin. En réalité, cela ne met à jour que MapInstall, qui est ce qu'on cherche de toute manière.

On va maintenant préparer la carte micro SD pour que MapInstall la prenne pour un Garmin (et un Garmin autorisé à utiliser cette carte protégée, de surcroit).

Copier tout d'abord du Garmin le fichier "GarminDevice.xml" (dans le répertoire "Garmin"), sur le bureau.

Monter alors la carte directement sur l'ordi au moyen d'un lecteur de cartes branché à un port USB. Y créer un répertoire "Garmin". Mettre dedans le fichier GarminDevice.xml. C'est tout. MapInstall, voyant ce répertoire "Cartes" contenant un répertoire "Garmin", pensera qu'il s'agit là d'un vrai Garmin et, voyant le fichier "GarminDevice.xml", saura que ce Garmin a une licence valide d'utilisation de cette carte.

Démarrer MapInstall. MapInstall croit que la carte mémoire est un Garmin. Y installer la cartographie City Navigator Europe 2016.2 (ou 2016.3 si cette version est déjà disponible). Compter une bonne heure à patienter et ne pas abandonner même si rien ne semble se passer.

Insérer alors la carte micro SD dans le Garmin, démarrer le Garmin. La carte est visible, ça marche.

Si ça n'avait pas marché, il aurait alors fallu se résoudre, pour tous les logiciels Garmin, à tout desinstaller et tout réinstaller.

Désormais, le Garmin ne pourra plus mettre cette cartographie à jour avec MapInstall. Pour cette mise à jour, il faudra extraire la carte du Garmin et la monter séparément sur l'ordi comme fait plus haut.

Nota. Vu sur des pages internet que la procédure suivie plus haut (Monter la carte direct sur le Mac par un lecteur de cartes et y créer un répertoire Garmin), est aussi celle qui y recommandée pour installer la cartographie gratuite openstreetmap et équivalent.

Maintenant, pour généraliser ce mode d'emploi à des cartes gratuites, les instructions pour sélectionner une zone de cartes, la télécharger sous le mon "gmapsupp.img" et l'installer sur une cartes Micro SD dans un répertoire Garmin se trouvent (en anglais) à la page:

<http://www.dcrainmaker.com/2013/05/download-garmin-705800810.html>

Qui comporte un lien vers la base de donnée comportant des cartes vélo (openfietsmaps, avec "fiets" pour "vélo") basées sur les cartes de la communauté openstreetmap à:

<http://garmin.openstreetmap.nl>

Ceci fera l'objet d'un prochain chapitre.

12 - Ajouter en complément, pour un pays particulier, la cartographie open source openstreetmap (Retour au haut de page)

Garmin Edge 800 (705, 800, 810, 1000 et Touring). Ajouter, en complément à la cartographie propriétaire City Navigator Europe, la cartographie open source openfietsmap. La finalité en est le non-couvert par l'abonnement, donc le hors-Europe, comme récemment la Nouvelle Zélande. On n'interviendra que sur le Garmin, pas sur Base Camp, qui se contentera de connaitre l'Europe par City Navigator Europe. Pour que le test soit testable, on choisit la France. Nota: quelqu'un qui n'aurait aucune cartographie propriétaire agirait probablement autrement et renseignerait sans doute le Garmin et Base Camp. D'autres feront cet essai.

Références:

12.1 - Carte mémoire

Acheter une carte memoire micro SD de 4Go Ou plus (8, 16, voire plus). Cela vaut dans les 13EUR. La majorité des cartes fera de l'ordre de 1Go et on ne mettra qu'un territoire par carte micro SD. Ici la France.

12.2 - Télécharger la carte choisie

Aller sur le site openfietsmaps  <http://garmin.openstreetmap.nl/>

"Free maps for Garmin brand GPS devices, from openstreetmap"

Sélectionner "routable bicycle (openfietsmap lite)"

Choisir la France, ou accroître le territoire couvert avec des compléments de cartes. Pas trop.

Donner un lien mail ou télécharger directement. Télécharger est plus simple quand on a fait une sélection simple. Sélectionner l'option "openfietsmap_lite_gmapsupp.zip"

La carte est téléchargée. Cela prend du temps. Le contenu du répertoire zippé reçu se nomme: "gmapsupp.img".

Essayer de le renommer "France2017.img". Cela marche sur le Edge 800 et sur la majorité des Garmin modernes, et permet alors de poser plusieurs cartes parallèles sur la même carte micro SD. Le Garmin s'y retrouve tout seul dans son fatras de cartes et sait même nommer celles qui concernent un pays entier. Il ne sera donc à priori pas nécessaire de sélectionner manuellement la carte, sauf si le lieu ou l'on se trouve peut être décrit à la même échelle par plusieurs cartes openfietsmap ou autre (Nota: pour le Garmin, la carte Garmin prime sur la carte autre, pour afficher la carte Openfietsmap, la sélectionner et désélectionner la carte de Garmin, voir en 12.4).

Faire un don.

12.3 - Préparer la carte mémoire

Monter la carte en direct sur l'ordi par un lecteur de cartes. Donc hors la vue du Garmin. Y créer un répertoire Garmin. Mettre dedans le fichier "France.img", et le fichier "Islande.img" pour l'Islande, etc. Si on rencontre une impossibilité, on ne renommera pas le fichier et installera "gmapsupp.img" à la place, avec son nom d'origine.

12.4 - Installer la carte mémoire sur le Garmin

Insérer la carte micro SD dans le Garmin, démarrer le Garmin. La carte est visible, ça marche.

Pour mettre à jour cette carte, ou ajouter ou substituer une carte nouvelle, faire comme on a fait plus haut.

S'il faut sélectionner la carte, sur le Edge 800, faire: menu > clé > Système > Carte > Infos cartographiques / Sélectionner carte > choisir "openfietsmap lite" et choisir "Activé".

Le tour est joué.

13 - Imprimer sur des feuilles A4 un parcours enregistré sur Openrunner (Retour au haut de page)

Prérequis:

Références:

On a enregistré un parcours dans Openrunner (ou Visiorando), on a donné le lien aux Abeilles pour leur consultation ou leur permettre de rapatrier la trace dans un Garmin (ou autre GPS). Pour référence sur la sacoche de guidon (pour se guider à la carte ou pour référence téléphonique en cas d'accident si on utilise un GPS), on veut maintenant l'imprimer sur fond de carte IGN aux échellles IGN (en France au moins) et, pour rendre cette impression transportable par internet, la faire en pdf. Commencer par regarder le petit tutoriel de Randonner malin.

Le tour est joué. Voici un exemple de résultat: parcours Paris - Jouarre (76 km) de la flèche de Charleville, tracé en bleu 2pt sur carte IGN 1/100 000° en deux feuilles A4 paysage. En voici la source sur Openrunner pour qui veut faire ses propres tests. Deux pages bout-à-bout à l'italienne avec une petite coupe au début dans la zone de Paris (soit environ 65 à 70 km sur deux tronçons longs de feuille A4). On peut l'imprimer en A4 recto-verso.

14 - Superposer la carte des BPF à un projet reçu de trace Openrunner pour y identifier les BPF voisins afin de finaliser ensuite ce tracé BPF-isé (sur Openrunner)

Prérequis:

Trouver la trace du projet de parcours (par ex une flèche ACP ou un Velovoyage sur le site de l'ACP ou de Velovoyages);

Le tour est joué ! Notre trace est maintenant visible en fond de plan, avec les BPF par dessus. Exemple: Flèche de Strasbourg (PDF). On peut zoomer dessus pour identifier nos BPF cibles. Nous y ferons passer, quand nous les tracerons, nos parcours détaillés journaliers. Ensuite, supprimer le calque.

15 - Réaliser la trace d'un voyage itinérant

3.1 Que veut-on faire ?

On a fait un Voyage Itinérant, on avait à sa disposition des traces journalières, qu'on n'a que modérément suivies, et on a plus ou moins scrupuleusement enregistré la trace en roulant avec son Garmin. On veut réaliser la trace, du point de départ au point d'arrivée, de l'itinéraire réellement suivi, en utilisant les traces réelles. On utilisera cette trace globale dans les compte-rendus, pour permettre à d'autre de la suivre et pour imprimer la carte du parcours à l'échelle adéquate.

3.2 Réaliser les traces journalières

3.3 Concaténer des traces

Le tour est joué. On peut en donner le lien et l'imprimer par Openrunner ou comme décrit au chapitre 13 ci-dessus.

"Le Cyclotourisme, un art de vivre"