Accueil Organisations Programmes Souvenirs Annonces Pratique
  Compte-rendus Albums Archives Médaillés
        À imprimer
par Gérard
https://www.abeille-cyclotourisme.fr/souvenirs/2019-05_brm_400_andresy_flins.html

BRM 400 d'Andrésy

4 et 5 mai 2019

A 14h00, au moment du départ le nuage noir qui était au-dessus de nous craque et voilà que de la grêle nous tombe abondamment dessus. Nos voitures sont sur le passage, nous allons nous y mettre à l’abri le temps que l’averse passe.

Il pleut un peu ensuite mais c’est une pluie fine, nous pouvons partir avec un petit groupe qui va s’étirer au fil des kilomètres.

Après Montfort l’Amaury le beau temps est revenu. Nous ne sommes plus que trois, Olivier, Alain et moi-même.

Le vent est favorable et les côtes sont vite passées. A 17 h 45 nous voici déjà au premier contrôle à Châteauneuf-en-Thymerais, 91 kilomètres de parcouru. Pointage à la pâtisserie et nous repartons vers Alençon.

En arrivant dans le Perche le paysage est champêtre mais vallonné. Le soleil est là et il fait plus chaud, mais pas trop, les vestes coupe-vent sont appréciées.

BRM 400 la nuit
BRM 400 la nuit

BRM 400Avec le cap à l’ouest le soleil couchant nous éblouit, mais ça ne va pas durer et il faut bientôt mettre les gilets de sécurité et allumer les éclairages.

À Alençon le café qui propose des assiettes de charcuterie et de fromage est vite trouvé. Nous pointons les cartes de route en arrivant à 22 h 40, mais le service est débordé, il faudra attendre presque une heure pour être servi.

Nous en profitons pour nous réchauffer et faire sécher nos vêtements.

Nous repartons vers minuit, mais la digestion va être lourde.

La côte de la forêt d’Écouves arrive vite, dès la sortie d’Alençon, contrôle secret au sommet, au coin du feu où il fait meilleur que dehors dans la nuit froide.

Ensuite j’ai du mal à suivre mes équipiers, lourdeur d’estomac, fatigue et envie de dormir me laisseront en petite forme, notamment dans les côtes.

A Breteuil, après 287 km tout est endormi, sauf quelques randonneurs. Nous faisons un pointage moderne en envoyant à l’organisateur une géolocalisation avec nos téléphones.

Le jour se lève bientôt et la forme revient, la fin du brevet sera meilleure pour moi. Nous rêvons d’un café mais dans les villages il n’y en a plus. Finalement nous trouvons une boulangerie qui nous accueille avec un bon café et de délicieuses viennoiseries.

Voici Bonnières avec une belle descente vers la Seine.

Dernier contrôle à La Roche-Guyon, plus que 40 kilomètres avec deux belles côtes à gravir. La première est celle de Vétheuil, franchie avec le vent favorable. Ensuite c’est l’Hautil qui se présente devant nous, très régulière mais avec un palier au milieu. Une averse nous fait craindre d’arriver mouillés, mais il n’en sera rien, juste quelques gouttes avant l’arrivée à Andrésy.

Voilà nous avons terminé le troisième brevet qualificatif à Paris Brest Paris.

Il ne me reste plus que le brevet de 600 kilomètres à faire pour pouvoir confirmer ma pré-inscription.

Mais avant je vais tout de même faire le BRM 400 de Flins dans deux semaines.

BRM 400 de Flins

18 et 19 mai 2019

Cette semaine le départ est à 15h00 et une soixantaine de participants sont présents, dont deux abeilles, Hoc et moi-même.

BRM 400 la nuit
BRM 400 la nuit

Les prévisions météo annoncent des averses mais une température assez élevée au départ et clémente dans la nuit.

Le parcours débute par une belle côte à Epône, après seulement quelques kilomètres.

Le groupe s’étire mais rapidement nous avons un peloton d’une vingtaine de personnes. La pluie et une chute vont éclater le groupe qui se reformera à Laigle, le premier contrôle, d’où nous repartirons avec une quinzaine de cyclos.

Laigle, 106 km où nous arrivons à 18h50, assez tôt pour pouvoir nous ravitailler à la boulangerie.

La deuxième étape en direction de la mer débute avec le vent de face, heureusement pas trop fort et il devient favorable à partir de Dives-sur-mer.

Nous arrivons au deuxième contrôle à Houlgate à 22h50. Là aussi il est encore assez tôt pour trouver un café ouvert. Nous pouvons nous reposer quelques minutes confortablement installés au chaud.

L’étape suivante est la plus courte avec seulement 44 km pour aller à Conteville, par la côte.

Cette route est justement agrémentée de quelques côtes. Voici Honfleur où les pavés mouillés et glissants voient deux de nos compagnons chuter, ils repartent tous les deux mais Franck qui s’est fait bousculer par un cyclo inattentif a le petit doigt abîmé, une radio après l’arrivée révèlera une fracture.

Nous atteignons Conteville à1h10 et nous sommes chaleureusement accueillis par Séverine qui accompagne en voiture Didier du club de Fleury les Aubray. Café et brioche sont les bienvenus.

69 km pour la prochaine étape vers le Manoir où nous arrivons à 4h00, trop tôt pour que la boulangerie soit ouverte.

Séverine est encore là et c’est encore un café très apprécié.

Nous repartons pour la dernière étape longue de 89 km. Les jambes sont lourdes, le rythme est un peu ralenti pour finir ensemble.

Nous arrivons à Flins à 7h45, soit un brevet réalisé dans un très bon temps. Heureusement que nous avions un bon groupe qui a su rester ensemble, avec plusieurs très gros relayeurs.

Maintenant rendez-vous au brevet de 600 km, dernier brevet pour obtenir la qualification à Paris-Brest-Paris. Ce sera au mois de juin.

Gérard

"Le Cyclotourisme, un art de vivre"