AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 Compte-rendusAlbumArchivesMédaillés
    À imprimer (PDF)

Petit tour de l'Oise : 7 & 8 octobre 2006

Rendez-vous à Mortefontaine ce samedi matin : 19 abeilles se retrouvent sur le parking en face du château. Après la pluie des jours précédents, la météo annonce du beau temps pour le week- end.

Olivier arrive avec Pascal et Françoise qui ont fait étape à Vernouillet pour participer à cette randonnée; il a également invité Frédéric, un de ses voisins, excellent cycliste qui s'est bien intégré dans le groupe pendant ces 2 jours. Avant de partir, notre organisateur offre café et brioche, toujours bienvenus dans de telles occasions.

Sans perdre de temps, le groupe de 15 vélos et 2 tandems se met en route en direction du parc Astérix et de Lamorlaye. Nous sommes à proximité de Chantilly et les villages de la couronne de cette capitale du cheval collectionnent les splendides demeures construites dans de beaux parcs entourées de magnifiques clôtures ; on est loin de Sarcelles !

Un peu plus tard, nous roulons à proximité de la célèbre abbaye de Royaumont fondée par Saint Louis en 1228. Puis nous nous retrouvons dans la campagne luttant contre un vent de face assez fort ; nous croisons quelques chasseurs qui se gèlent en attendant le passage d'une perdrix ou d'un lièvre.

Après le franchissement d'un tronçon au revêtement granuleux, Didier crève à l'arrière, ce n'est pas un problème, il a une chambre à air de rechange. En la mettant, il s'aperçoit qu'elle est percée de plusieurs trous jumelés, dus à des pincements de jante.

Nous progressons à une vitesse inférieure à celle qui était prévue, aussi Olivier nous trouve un superbe emplacement herbeux et abrité du vent pour le pique- nique. Guy qui avait oublié son portefeuille dans son 4x4 à Mortefontaine est allé le rechercher, ce qui lui a valu de faire 25 km de rab; il arrivera assez tôt pour déjeuner avec nous.
Le pique-nique se déroule selon la bonne tradition de l'Abeille : apéritif (pastis ou pineau), partage de quelques bouteilles de vin et petite sieste pour les habitués de cette saine pratique.

Une dizaine de km plus loin, à proximité de Clermont, nous traversons la forêt de chênes et de hêtres de Hez-Froidmont. Quelques petites côtes assez raides nous font prendre conscience que l'Oise n'est pas encore le pays plat de Jacques Brel. Nous descendons ensuite le plateau en traversant des villages aux noms évocateurs : Litz, Lorteil, Monceaux, Montreuil sur Brêche. Les petites routes tranquilles de campagne avec du soleil sont particulièrement agréables et font oublier les débuts de fatigue et les petits bobos aux fesses. Notre route oblique vers le Nord-Est et Montdidier, notre ville étape. Les compteurs affichent environ 85 km et la fatigue commence à se faire sentir dans le groupe; heureusement le terrain est plat et le vent ne nous ralentit plus. Encore une quinzaine de km pour atteindre Montdidier. Nous arrivons à l'hôtel Condé en ordre un peu dispersé avec 120 km parcourus depuis ce matin.

Le dîner est prévu à 20h ce qui laisse le temps de s'organiser pour prendre une douche et de se reposer un peu ; pas pour tout le monde car Jojo a crevé à l'arrivée : incident banal mais ce qui l'est moins c'est qu'il n'arrive pas à gonfler sa chambre à air. Il lui faudra emprunter le lendemain le compresseur du patron de l'hôtel.

Nous sommes tous à table à l'heure dans l'espoir de se coucher tôt après cette bonne journée de plein air. La serveuse est seule pour s'occuper de toute la clientèle, environ une cinquantaine de personnes, il faudra la relancer plusieurs fois pour écourter le temps d'attente, rapidement insupportable. C'est un menu picard qui nous est proposé avec, en plat principal, du hachis Parmentier pané avec du riz. Olivier, d'office, a commandé du riz en rab mais les assiettes sont servies de manière tellement abondante que nous ne toucherons pas au supplément. De même personne ne prendra du fromage.

Il faut savoir que Parmentier est né à Montdidier, d'où le menu de ce soir.

En ce dimanche matin il fait assez frais lorsque nous prenons la route mais le beau temps ensoleillé se maintiendra toute la journée. Quelques erreurs de direction dès le départ pour certains et tout le monde se retrouve au moment de faire les courses pour le pique-nique prévu à St Jean aux Bois. Olivier nous a ménagé quelques secteurs pavés juste pour nous rappeler que nous sommes en Picardie. Quelques hésitations au niveau de Thourotte font que nous perdrons Jean ; il nous rejoindra au lieu du pique-nique après avoir fait un crochet par la Clairière de l'Armistice près de Rethondes dans la forêt de Compiègne. Il aura mangé ses provisions en route. De même Jojo, nous rejoindra plus tard, ayant crevé une 2ème fois comme Dany la veille.

La plupart d'entre nous est passé ce matin par le château de Pierrefonds, BPF de l'Oise, qui doit sa restauration au siècle dernier à Viollet-le-Duc. Jean-Pierre prend les devants en ce début d'après-midi car il veut aller jusqu'à Morienval (autre BPF) hors du circuit " nominal ". Après le pique-nique, nous tentons de rouler en groupe car le vent reprend de la vigueur lorsque que l'on sort de la forêt et la fatigue se fait sentir. Philippe quant à lui, est plutôt à la traîne, mais il saura trouver des coupes astucieuses pour retrouver Edwige sans retard à Mortefontaine.

Un dernier arrêt s'impose à l'Abbaye Royale de Chaâlis que nous n'aurons malheureusement pas le temps de visiter mais simplement d'en apercevoir les ruines au milieu d'un parc; une partie restante d'un bâtiment sert actuellement d'annexe du Musée Jacquemart-André. Derrière le parking se trouve le parc d'attraction de la Mer de Sable.

Nous nous retrouvons tous à Mortefontaine vers 17h30 après avoir parcouru plus de 220 km au cours de ces deux jours.

Ce week-end fut une excellente idée d'Olivier :

  1. pour permettre à ceux qui s'apprêtent à partir en Nouvelle Calédonie de se mettre en jambes,
  2. de profiter des derniers beaux jours ensoleillés,
  3. de découvrir un département voisin tellement riche en sites touristiques attractifs,
  4. de remplacer la vélo marchette qui n'a pas été mise au programme compte tenu de l'absence des participants au voyage en Nouvelle Calédonie,
  5. de reprendre l'habitude de rouler avec des sacoches.

Chantal & Henri Courmont

"Le Cyclotourisme, un art de vivre"