AccueilOrganisationsProgrammesSouvenirsAnnoncesPratique
 Compte-rendusAlbumArchivesMédaillés
    À imprimer (Acrobat)

Semaine fédérale internationale de cyclotourisme à Dijon

31 juillet - 7 août 2016

par Gérard
https://abeille-cyclotourisme.fr/souvenirs/2016_semaine_federale.html

Dijon et la Bourgogne, voilà une destination touristique avec de nombreux villages, châteaux et monuments historiques, des rivières et des canaux.

BienvenueBien sûr, on pense aussi à l’art culinaire avec les escargots, le jambon persillé, la moutarde, le pain d’épice, le crème de cassis et le bourgogne aligoté pour un kir authentique. Il ne faut pas oublier que c’est une région viticole avec des côtes et des hautes côtes réputées.

Pour les cyclistes c’est aussi une région connue pour ses belles côtes à escalader, pour mieux admirer les panoramas après avoir usé des petits développements sur les forts pourcentages auxquels on ne s’attend pas toujours.

Samedi, l’accueil se fait à Darois, à quelques kilomètres de Dijon. Le village est décoré pour nous recevoir avec un air de fête, comme ce sera le cas dans de nombreux villages tout au long de la semaine.

Première randonnée dès dimanche en direction de l’Auxois. Nous partons directement de l’hôtel, sans passer par la permanence. Il fait beau, il n’y a pas beaucoup de voiture, la journée commence tranquillement, mais que de monde quand nous rejoignons le parcours ! C’est qu’il y a plus de 12 000 participants.

Heureusement la longue montée vers Sombernon va étirer les groupes et rendre la circulation plus fluide. Et puis il y a aussi moins de monde après les séparations des petits parcours.

Canal de Bourgogne
Châteauneuf dominant le canal de Bourgogne

À Sombernon un ravitaillement est organisé, nous y retrouvons quelques copains.

Le parcours nous conduira jusqu’à Pouilly en Auxois, où le canal de Bourgogne passe dans un tunnel. Nous ne nous attardons pas au point d’accueil et nous allons faire quelques achats en ville, pour varier l’alimentation qui sera chaque jour assez semblable dans les ravitaillements officiels.

Le parcours suit ensuite le canal de Bourgogne, mais fait un détour pour monter à Châteauneuf-en-Auxois un des plus beaux villages médiévaux de France, site BPF de la Côte d’Or. Le retour vers Dijon se fait par la vallée de l’Ouche et le canal de Bourgogne par une voie verte.

Au retour, nous traversons Dijon que nous prévoyons de visiter jeudi, jour de repos.

Stade Colette BessonÀ partir de 18h00 nous nous retrouvons au stade Colette Besson pour la cérémonie d’ouverture. Notre première rencontre sera avec un couple d’anciennes abeilles, Martine et Jean-Michel Bocher, Elle est maintenant secrétaire du CODEP77 et lui est président du club de Meaux. Les jeunes du trait d’union venus d’Albi à Dijon à vélo ouvrent le cortège avec les drapeaux de 23 pays représentés à la semaine fédérale. Suivent les cyclotouristes du voyage Arc-en-ciel, le président fédéral et le responsable du comité d’organisation de la semaine fédérale, sur le tandem présidentiel. Une fanfare avec des grognards napoléoniens ferme le cortège.

Il y a bien sûr du Kir au pot de bienvenue qui termine la cérémonie.

Lundi, nous allons sur les routes du Pays des sources et surtout des résurgences avec d’abord le «Creux-Bleu» à Villecomte, alimentée par la Tille. Elle ressort avec une couleur éclatante provenant d’algues microscopiques. Quelques kilomètres plus loin, à Bèze nous trouvons la résurgence du même nom, plus importante, c’est même la deuxième source de France après la «Fontaine de Vaucluse». Bèze est aussi un village fleuri où il fait bon se promener.

Mardi, nous faisons la route des grands crus qui commence dès la sortie de Dijon, à deux tours de roue de notre hôtel. Le parcours emprunte de toutes petites routes au milieu des vignes et traverse des villages et des vignobles réputés : Fixin, Gevrey-Chambertin, le clos Vougeot, Vosne-Romanée, Nuits-Saint-Georges, Beaune. C’est très tranquille mais il est difficile de rouler au milieu des groupes moins rapides. Jusqu’à Beaune il n’y aura pas trop de côtes mais ensuite le parcours devient beaucoup plus vallonné. Nous faisons la boucle du parcours 5 pour aller visiter le site BPF de La Rochepot, mais le retour par ce parcours est trop bien pourvu en collines à escalader, nous rentrons par le parcours 3 qui reste dans la plaine.

Le Clos Vougeot
Le Clos Vougeot
La Rochepot
La Rochepot

Mercredi les parcours nous emmènent aux sources de la Seine et à Alésia. Pour avoir le temps de visiter Alésia nous ferons quelques kilomètres en voiture, jusqu’à Blaisy-bas où nous avions organisé un week-end il y a quelques années. Une petite averse nous oblige à sortir les imperméables, mais ça ne dure pas longtemps, un arc en ciel irise bientôt le ciel.

Paysage
Prague la nuit
Château du Bussy Rabutin

Muséoparc alésia
MuséoParc Alésia

Il commence à faire plutôt chaud quand on aborde la colline précédant Bussy Rabutin, où le parc du château est ouvert aux cyclotouristes.

À Alésia, nous nous attardons au musée qui évoque l’époque gallo-romaine et les batailles entre les gaulois de Vercingétorix et les troupes de Jules César. Bien sûr, une grande partie de l’exposition est consacrée au siège d’Alésia en 52 avant Jésus Christ.

Nous allons ensuite visiter les ruines de la cité d’Alésia abandonnée au Vème siècle à la suite des invasions germaniques. Le site était stratégique car il dominait les alentours, il est d’ailleurs difficile de gravir la route menant au site archéologique.

Jeudi est programmé un pique-nique au bord du lac Kir à quelques kilomètres de la permanence. Il y a un parcours pour les irréductibles, mais nous préférons visiter Dijon.

Gisants

Au lac KirAu palais des Ducs de Bourgogne, on peut voir le magnifique tombeau de Jean sans Peur et Marguerite de Bavière (1443-1470) et au second plan celui de Philippe le Hardi (1381-1410)

Lorsque nous arrivons au lac Kir le pique-nique est déjà bien installé, il est vrai que les prévisions météo annoncent de la pluie dès le début de l’après-midi.

Après ce déjeuner rapide nous avons tout juste le temps de faire quelques photos avec la présidente de la ligue Ile-de-France et les quelques clubs présents. Il se met alors à pleuvoir et nous décidons de rentrer à l’hôtel. Nous faisons tout de même un petit détour pour visiter le pressoir des Ducs de Bourgogne à Chenôve.

Nous finirons la journée par un complément de visite de Dijon qui nous verra ramener du pain d’épice et des moutardes aromatisées.

Maison reputee pour son pain d'epice
Maison réputée pour son pain d’épice
Moutarde Maille
Un peu plus loin on vend d’innombrables variétés de moutardes

Vendredi, nos retournons en Auxois. Les principaux points d’intérêt touristique sont sur le parcours 5 qui fait 169 kilomètres, nous nous contentons du parcours 4 et ses 122 kilomètres. Ce circuit assez vallonné nous amène à Vitteaux où Jojo avait une maison de famille. Marie-Louise n’y est pas mais Jean-Bernard Duranthon, fondateur de l’Abeille cyclotourisme, et ancien vice-président de FFCT réside à Vitteaux. Notre visite lui permet de voir que malgré les années il y a encore des abeilles qui pensent à lui. Il admire notre maillot et évoque la fondation de notre club en 1968. A 91 ans il ne fait plus de vélo depuis longtemps mais il garde la satisfaction d’avoir créé ce club qui existe toujours et est dynamique.

Cuisine a briocheDemain, ce sera la fête de la brioche et le four est déjà en chauffe pour les premières fournées. Ce four est particulier, il a été construit en 2011 pour réaliser la plus grosse brioche pour le livre des records. Le record enregistré était de 250 kg pour 3,05 mètres de diamètre. Bien sûr depuis on a encore fait plus grand, mais en Lorraine.

La sortie de Vitteaux se fait par une belle côte en ligne droite, elle semble interminable. Suit une descente rapide avec un carrefour un peu caché et une route à gauche que tout le monde ne voit pas instantanément. Bien sûr il faut encore remonter après, puisque le parcours repasse par Sombernon à 571 mètres d’altitude. A Godan la carte indique deux passages à deux chevrons, c'est-à-dire une pente de 9 à 13 %, mais c’est certainement plus pentu car nous avons du mal à ne pas mettre pied à terre. Enfin on avance plus vite qu’à pied, mais à peine ! On ne s’attarde pas à Sombenon car ce soir nous avons rendez-vous à Fixin avec les membres de l’UVA, pour une dégustation dans une cave et ensuite diner ensemble. L’UVA est le club d’Argenteuil auquel Jean-Bernard Duranthon était adhérent avant qu’il ne crée l’Abeille cyclotourisme et le nouveau président de l’UVA est un collègue.

Après cette dégustation nous en savons un peu plus sur les vins des côtes de Bourgogne.

Bas relief de Bonaparte
Bas relief au pied de la statue du jeune Bonaparte

Samedi, la dernière sortie nous amène dans le val de Saône, ce qui fait que le dénivelé sera très faible: 475 mètres pour 100 kilomètres. Nous avons rendez-vous avec des copains de l’ACP pour une sortie tranquille avec les enfants. Ceux-ci sont maintenant grands et prometteurs, il n’y a pas besoin de les attendre.

À Auxonne nous ferons un peu de tourisme dans cette ville fortifiée par Vauban. Le parcours nous fait passer par les vieilles rues du centre ville, les halles et la place d’armes où une statue nous rappelle que le jeune Bonaparte y a suivi sa formation à l’Ecole royale d’Artillerie de 1788 à 1791. Maxime s’attarde à la bibliothèque municipale qui est dans un bâtiment de 1843 avec un passage au rez-de-chaussée et la bibliothèque à l’étage.

Nous repartons d’Auxonne par la voie bleue qui longe la Saône puis nous traversons la campagne pour rejoindre Dijon.

Dimanche, le traditionnel défilé en ville est annulé en raison du plan Vigie Pirate. Une simple cérémonie est organisée au même stade que pour l’ouverture de la semaine.

Voilà une belle semaine qui se termine. Le rendez-vous de 2017 est à Mortagne-au-Perche, connue des cyclotouristes pour son contrôle sur le chemin de Paris-Brest-Paris.

Gérard


"Le Cyclotourisme, un art de vivre"